100 millions de postes sous Windows Vista d’ici fin 2007

Cloud

Le nouvel OS aura un impact majeur sur l’économie européenne, selon une étude
IDC sponsorisée par Microsoft.

“Une opération liée au changement d’un OS comme Vista a un impact de grande ampleur sur le marché informatique”, souligne Alain Pétrissans, directeur d’études chez IDC France. A l’approche du lancement de Windows Vista, toujours annoncé pour novembre en version licence et janvier 2007 en boîtes et nouveaux PC, les études sur le nouveaux système de Microsoft émergent.

Lors d’une conférence donnée à Bruxelles, jeudi 14 septembre, le cabinet IDC vient de présenter un livre blanc sur l’impact économique européen du nouveau produit. Ce rapport, sponsorisé par Microsoft, vise plus particulièrement six pays : France, Allemagne, Angleterre, Espagne, Danemark et Pologne. Ils représentent à eux seuls 66 % des 320 milliards d’euros de dépenses informatiques du marché européen (Union européenne plus Suisse, Norvège et Croatie). Pour le cabinet d’études, Vista est clairement un générateur de valeur.

Selon IDC, Windows Vista sera présent sur plus de 100 millions de postes dans le monde à fin 2007. Dont 30 millions en Europe (7 millions en France). Soit 68 % des nouveaux PC commercialisés. Une tendance qui ira en s’accélérant. Alain Pétrissans prévoit que la part de Vista dans les nouveaux postes informatique frôlera les 100 % dès 2009. Ce qui devrait rapporter 2,4 milliards d’euros (3 milliards de dollars) à Microsoft dès 2007. Mais l’écosystème induit par le déploiement du nouvel OS profitera à l’ensemble du secteur informatique dès l’année prochaine tant au niveau des revenus générés qu’en termes d’emplois maintenus et créés.

Le hardware grand gagnant de Vista

Toujours selon IDC, chaque euro lié à la vente de Vista génèrera plus de 13 euros de valeur tous secteurs IT confondus (logiciels commercialisés par Microsoft comme par les éditeurs tiers, matériel et des services qui seront liés au nouvel OS). Cette moyenne cache des disparités entre les pays étudiés qui s’expliquent notamment par la différence de choix des solutions informatiques. Avec 14,72 euros, l’Allemagne s’affiche comme la zone la plus génératrice de valeur autour de Vista tandis que l’Espagne est présentée comme le mauvais élève avec 10,70 euros. La France se situe sous la moyenne avec 12,64 euros.

Le secteur matériel (hardware) sera le principal bénéficiaire des revenus générés par Vista. Il engrangera plus de 7 euros de valeur (par euro estampillé Vista) contre de 3,43 euros pour le secteur logiciel et 2,53 euros dans les services. Par effet de levier, Windows Vista devrait ainsi générer un revenu global de 32 milliards d’euros en 2007. Si la ventes de licences logiciels ne représenteront que 20 % des dépenses informatiques (entreprises et particuliers), elles impliquent 54 % des emplois. “Le marché informatique est tiré par les logiciels”, confirme Alain Pétrissans.

Un impact RH chiffé sur le secteur informatique

Ainsi, tous domaines confondus (développement, déploiement, maintenance, formation…), la vente de logiciels concerne 2,8 millions d’emplois sur les 5,2 millions de postes du secteur informatique recensés dans les six pays concernés (dont 1,25 million en France).

A lui seul, Vista impliquera 1 million de personnes. Soit 20 % des employés du secteur informatique. Sur les 228 000 nouveaux emplois qui devraient être créés dans le secteur IT en 2007, 104 000 seront consacrés au déploiement du futur OS de Microsoft. Dont la moitié directement intrinsèque à Vista, l’autre moitié étant généré par la croissance économique globale.

En France, selon IDC, l’arrivée de Windows Vista génèrera 16 000 nouveaux emplois sur les 42 000 attendus en 2007. Autant de prévisions à garder en guise de mémo mais sans oublier qu’il s’agit d’une étude prospective sponsorisée par Microsoft.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur