Plus de 18% des Français sont des “déconnectés”

Marketing

Selon une étude de Havas Media France, 18,3% de la population française (9,3 millions de Français) sont des “déconnectés d’Internet”. Un véritable choix ou une orientation subie selon les cas.

La fracture numérique ne se résorbe plus en France. C’est le constat dressé par l’étude « La France des Déconnectés » de Havas Media France.

S’appuyant sur des chiffres du CREDOC, l’étude souligne que 25% des foyers français n’ont toujours pas accès à Internet en 2012. Si l’on prend en compte les foyers les plus modestes (entendons ici des revenus inférieurs à 1 500 euros mensuels), cette proportion grimpe à 57%…

Toutefois, certains Français choisissent volontairement leur statut de « déconnecté », généralement dans une tranche d’âge de 25 à 50 ans.

Parmi cette population, l’étude de Havas Media France met en exergue que 65,2%  des sondés* veulent désormais prendre une certaine distance vis-à-vis des nouvelles technologies.

Mais à quoi ressemblent ces déconnectés volontaires et quelles sont leurs motivations dans cette envie de décrocher de « tout numérique à tout instant »

Havas Media dresse ainsi 4 grands portrait de ces déconnectés.

Les « Minitélistes », soit 4% de la population française (15 ans et plus), sont souvent des personnes âgées (65 ans et plus). Ils privilégient avant tout les valeurs morales et spirituelles, et les relations des hommes entre eux.

Leur consommation de produits est réfléchie et ils restent méfiants face aux discours commerciaux. Il n’adhère pas à la technologie.

Le groupe des « Exclus » (3,8% de la population) doit faire face à des difficultés financières récurrentes. Ils ont dû renoncer à l’accès aux nouvelles technologies pour des questions de budget restreint. Les enfants et ados dont les parents appartiennent à cette catégorie sont parmi ceux qui n’ont pas accès à Internet depuis leur domicile.

Le groupe des « Déconnectés 2.0 » (3,4% de la population) recherchent désormais l’épanouissement via des moments de déconnexions d’Internet et des réseaux sociaux notamment.

Ils tiennent à avoir le choix et à ne pas subir. Les personnes appartenant à ce groupe se connecte mais jamais très longtemps, et par pragmatisme. Si elles connaissent et maîtrisent bien le Web, elles veulent s’en détacher, afin de prendre du temps pour elles.

Le dernier groupe, celui des « Flippés » (7,1% de la population), sont soit des individus de type CSP+, qui connaissent et utilisent les nouvelles technologies mais s’en méfient de plus en plus, concernant notamment la récupération et la manipulation des données personnelles ; soit des CSP-, moins équipés et aussi moins convaincus de l’utilité d’Internet.

 

*412 interviews réalisées de personnes de 18 ans et plus en septembre 2012 par metrixLab pour Havas Media.

 

 

Crédit image : Copyright Sergej Khakimullin-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur