3G + : les opérateurs s’agitent pour upgrader les débits

Mobilité

Après la norme HSDPA, SFR et Orange vont développer la variante HSUPA et
Bouygues Telecom se met en ordre de marche. Enquête.

SFR accélère le pas en matière de haut débit mobile et de choix stratégiques des normes à privilégier pour le déploiement réseau. L’opérateur mobile vient d’annoncer la réalisation d’une démonstration de la technologie HSUPA (High Speed Uplink Packet Access) qui a été réalisée à Nantes avec Alcatel-Lucent.

La filiale du groupe Vivendi compte dépasser rapidement dépasser le stade de la simple expérimentation sur le terrain et prévoir un déploiement de la fonctionnalité HSUPA “sur la plupart des grandes villes françaises dès le premier trimestre 2008”.

Pourquoi SFR favorise-t-il le déploiement de la HSUPA ? Tout simplement pour une question de confort pour l’accès Internet mobile destiné au client. Jusqu’ici, SFR prônait jusqu’ici le recours au HSDPA (pour High Speed Downlink Packet Access), la norme qui se cache derrière l’appellation grand public “3G+” (voire UMTS deuxième génération). En l’état actuel, SFR assure couvrir 70% de la population française en 3G/3G+.

Le débit montant, le critère de distinction

Dans la famille HSxPA, pourquoi ce match entre HSDPA et HSUPA ? La différence vient du débit montant (du terminal vers le réseau). Le HSUPA permettrait d’atteindre en upload un débit de 1,4 Mbit/s. C’est à dire trois fois plus que ce l’on peut observer avec le HSDPA actuel. C’est intéressant lorsque l’on veut uploader des vidéos sur une plate-forme de partage de contenus type Dailymotion à partir de son mobile multimédia.

Côté débit descendant (du réseau vers le terminal), là aussi, le gain en confort de navigation devrait être palpable. On évoque sur Wikipedia la possibilité d’atteindre presque 6 Mbit/s mais ce niveau n’est pas confirmé par SFR.

“C’est ce que l’on appelle la 3.9 G dans le jargon télécoms, à la limite de la 4G”, explique Méhand Guiddir, en qualité de Chief Technical Officer chez Altran Telecoms & Media. Cet expert télécoms estime qu’il existe encore une marge de progression. Des tests d’équipementiers télécoms ont montré qu’il était possible d’atteindre…15 Mbit/s en voie descendante avec le HSUPA.

(Lire la suite page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur