4G+ : la course à l’échalote s’accélère

OpérateursRéseauxTrès haut débit
4g-course-echalote

ABI Research estime que le nombre d’utilisateurs de la 4G+ va augmenter de manière exponentielle grâce à l’ouverture de ressources radio pour les opérateurs.

Le déploiement des réseaux mobiles à très haut débit et de leurs évolutions avance rapidement.

Ce constat est signé ABI Research. Le cabinet américain de recherche et de conseil estime que 100 millions de personnes dans le monde bénéficient actuellement du LTE-Advanced (LTE-A ou 4G+)… et qu’elle seront un milliard en 2018.

La 4G+ est aujourd’hui exploitée commercialement sur 49 réseaux. Le premier avait été ouvert en juin 2013 par SK Telecom, en Corée du Sud. En Europe, 20 opérateurs ont adopté la technologie consistant à agréger plusieurs fréquences radio pour augmenter la bande passante sur les terminaux compatibles (LTE-A catégorie 6 ou 9).

Avec 7,8 % de la population couverts, les Etats-Unis se positionnent en tête de gondole. Les quatre principaux opérateurs du pays (AT&T, Verizon, Sprint et T-Mobile) en sont à un stade avancé dans le déploiement de la 4G+ sur leurs infrastructures.

En France, les trois opérateurs mobiles historiques ont lancé le chantier il y a plusieurs mois, chacun avec sa stratégie. Bouygues Telecom a choisi d’agréger ses trois porteuses 4G (800, 1800 et 2600 MHz) en partenariat avec Ericsson et Qualcomm pour offrir, sur une largeur de fréquence de 45 MHz, un débit dépassant les 300 Mbit/s en réception.

Orange, qui avait inauguré le LTE-A en juillet 2014 dans certaines zones de Strasbourg et Toulouse, poursuit ses expérimentations dans la bande à 3,5 GHz, en mode duplexage fréquentiel (FDD, pour “Frequency Division Duplexing”). L’association au 2,6 GHz permet de relever le débit à 300 Mbit/s, comme chez Bouygues Telecom.

SFR, qui avait le premier à expérimenter la 4G+ (en octobre 2013), vient d’ouvrir son réseau dans une quatrième ville : Marseille, après Lyon, Toulon et Toulouse. Du côté de Free, on entend s’appuyer sur la bande à 1800 MHz restituée par les autres opérateurs.

Comme le note Silicon.fr, l’offre 4G+ devrait connaître un essor dans les prochains mois avec l’attribution d’une nouvelle vague de fréquences dans certains pays. Aux Etats-Unis, les opérateurs viennent de débourser près de 45 milliards de dollars pour deux blocs, à 1700 et 2100 MHz. En Inde, les enchères débuteront le 25 février. En France, l’ARCEP mettra en oeuvre l’attribution du 700 MHz avant la fin de l’année.

Crédit photo : Nickolay Vinokurov – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur