4G : le gouvernement fédère les opérateurs autour d’un test commun

4GMobilitéRégulations

Avec l’arrivée de la 4G, on signale des interférences sur la TNT. Le gouvernement veut en avoir le cœur net avec les opérateurs à Saint-Etienne.

A la rentrée, trois opérateurs mobiles vont lancer un pilote 4G en commun à Saint-Etienne (Loire) : Orange, SFR et Bouygues Telecom.

Ce déploiement multi-opérateur a vocation à tester un éventuel brouillage de la TNT, selon Fleur Pellerin.

“Le chantier était bloqué depuis six mois, il n’y avait pas d’accord sur les expérimentations”, commente la ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique.

Dans une interview accordée à l’AFP, elle précise : “Lors des discussions à Bercy avec les opérateurs la semaine dernière, ce blocage a été levé et les opérateurs sont d’accord.”

Cette question de la 4G et des éventuelles interférences avec la TNT ne figurait pas à l’ordre du jour des rencontres avec les opérateurs.

Les points abordés touchaient davantage sur l’emploi et la compétitivité dans le secteur des télécoms.

Sur certains lots de fréquences 4G attribuées (800 MHz), il existe des risques de brouillage entre l’Internet très haut débit mobile (LTE) et la Télévision numérique terrestre (TNT). Ce qui risque de provoquer des brouillages pour les téléspectateurs.

L’AFP rappelle qu’un test avait été mené fin 2011 à Laval (Mayenne) “pour vérifier l’étendue des brouillages” avec l’aval du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

A cette époque, on aurait déjà signalé des perturbations de la réception TNT “plus importantes que prévu”.

En revanche, il n’existerait pas d’incidence sur l’autre bande des 2,6 GHz par laquelle la 4G transite.

Chacun de leur côté, les opérateurs commencent à se mobiliser pour la 4G d’un point de vue technique et financier après avoir obtenu fin 2011 des bandes de fréquence d’exploitation auprès de l’ARCEP.

Fin mars, SFR est le premier opérateur à monter sur le front de la 4G avec un premier pilote à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il a également choisi la ville de Montpellier (Hérault).

Trois mois plus tard, c’est Orange qui démarre de son côté un pilote à Marseille.

Une dizaine de villes entreront dans le boucle 4G courant 2013.

Tandis que Bouygues Telecom a retenu la ville de Lyon (Rhône) pour avancer de son côté.

Comment se positionne Free Mobile ? Le nouvel opérateur mobile qui déploie son réseau tout en ayant signé un accord d’itinérance 2G/3G avec Orange ne participe pas a priori à l’expérience multi-opérateur de Saint-Etienne.

Mais Xavier Niel n’élude pas pour autant la 4G.

Lors du lancement de Free Mobile en janvier, le patron du groupe Iliad-Free avait déclaré dans une interview vidéo que les premières offres commerciales en 4G débarqueraient “début 2013”.

Dans le magazine Capital du mois d’août, il se veut moins catégorique : “Ce qui me fait d’abord plaisir, c’est d’avoir accéléré l’arrivée de la 4G dans ce pays. Ce sera bon pour l’emploi. Tout le réseau que nous avons déployé est déjà compatible 4G.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur