5G : Ericsson coordonne les travaux en Europe

Gestion réseauxRéseauxTrès haut débit
ericsson-metis
5 6

Ericsson se positionne en pointe du projet européen METIS, qui entre dans sa deuxième phase visant à préparer la normalisation des technologies 5G.

A l’heure où les groupes de travail autour de la normalisation des technologies 5G commencent à se mettre en place, certains acteurs font valoir le rôle central qu’ils comptent jouer dans la construction du futur réseau mobile.

Illustration avec Ericsson : l’équipementier suédois annoncer se positionner comme le coordinateur de la deuxième phase du projet européen METIS (« Mobile and wireless communication systems Enablers for Twenty-Twenty Information Society »).

Cette initiative, soutenue par un budget de 8 millions d’euros, entre dans le cadre du programme Horizon 2020 poussé par Bruxelles. Elle réunit 23 entités internationales impliquées dans la construction de la 5G. Les scientifiques s’associent ainsi aux opérateurs et aux équipementiers au sein du programme de partenariat public-privé 5G-PPP.

L’objectif : arrêter une évaluation commune du réseau d’accès, puis définir les fréquences à utiliser afin de préparer des actions concertées à l’égard des organismes de réglementation et de normalisation. Ce qui induira, selon Ericsson, « d’intégrer les technologies dans un design d’accès radio ».

L’équipementier en profite pour annoncer qu’il pilotera également le volet technique du projet mmMAGIC (« Millimetre-Wave Based Radio Access Network for Fifth-Generation Integrated Communications »).

Ce projet s’attachera à développer de nouvelles interfaces d’accès radio dans la gamme des ultra-hautes fréquences (6 à 100 GHz). Il constituera donc un complément au Fantastic-5G, qui porte sur les interfaces à moins de 6 GHz.

L’ensemble permettra de préparer le consensus de pré-normalisation pour l’ensemble de l’industrie mobile. Sachant que l’ouverture commerciale des premiers réseaux 5G est attendue en 2020, même si, comme le note Silicon.fr, certains acteurs en Asie comptent lancer des pilotes « grandeur nature » dès 2018.

Crédit photo : JonGado – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur