5G : SFR expérimente avec Nokia…Orange et Bouygues bientôt sur le terrain

MobilitéRéseaux
5g-juniper

Tandis qu’Orange et Bouygues Telecom s’apprêtent à lancer des pilotes 5G sur le territoire français, SFR vient de réaliser un test de transmission radio à 3,5 GHz avec Nokia.

Peu importent les débits ; l’appel a réussi, dans le respect des spécifications techniques récemment validées par la 3GPP*.

C’est ce qu’on retiendra d’une expérimentation 5G effectuée la semaine passée sur le campus Nokia de Paris-Saclay (ancien complexe d’Alcatel-Lucent).

L’équipementier finlandais s’est rapproché de SFR pour mener ce test sur la bande à 3,5 GHz. Il a mis à contribution sa plate-forme 5G First.

Cette dernière, dévoilée il y a un peu plus d’un an au Mobile World Congress 2017, s’inscrit dans la stratégie « Future X Network ». Nokia travaille, dans ce cadre, sur un réseau global capable de supporter les besoins en accès massif convergeant vers le cloud en périphérie de l’infrastructure.

Les solutions radio AirFrame sont associées, dans cette optique, à un cœur de réseau universel en mode cloud  à base d’architecture x86, programmable et enrichi de systèmes cognitifs : AirScale.

L’heure est à la familiarisation des opérateurs avec la 5G en vue des premiers lancements commerciaux, annoncés pour 2020 (les JO de Tokyo pourraient être le véritable point de démarrage à très grande échelle).

Vers des tests sur le terrain

Du côté de SFR, on évoque un débit potentiel de « plusieurs gigabits », pour des temps de latence « de l’ordre de la milliseconde ».

Orange avait communiqué, à l’issue de tests réalisés début 2017 en laboratoire sur des technologies fournies par Ericsson, un débit crête avoisinant les 15 Gbit/s en ondes centimétriques (3 – 30 GHz).

Dans son Technopôle de Meudon-la-Forêt, Bouygues Telecom avait, également sur une station radio Ericsson, atteint un débit agrégé de plus de 20 Gbit/s avec une latence d’environ 3 ms.

Les deux opérateurs ont obtenu l’autorisation de l’Arcep pour lancer, cette année, des expérimentations techniques à plus grande échelle, entre 3,6 et 3,8 GHz. Orange entend se concentrer sur Lille et Douai ; Bouygues Telecom, sur Bordeaux – Mérignac.

Le scénario d’exploitation commerciale de la 5G prévoit l’usage des fréquences basses à 700 MHz pour la couverture à l’intérieur des bâtiments. La bande de 3,4 à 3,8 GHz permettrait d’augmenter les débits. La bande des 26 GHz prendrait en charge les « débits fixes », en prolongement de la fibre optique en desserte de boucle locale.

* La 3GPP a entériné, le 20 décembre 2017, une première spécification« transitoire » pour la norme 5G NR (New Radio). Elle porte sur un mode « non autonome » qui s’appuie sur la 4G pour fonctionner. L’adoption des spécifications techniques de la « vraie 5G » est attendue pour juin 2018.

Crédit photo : Topiary Garden via VisualHunt / CC BY-NC-ND


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur