700 000 Américains escroqués sur le Web

Mobilité

Les responsables d’un site Internet pour adultes viennent d’être condamnés à verser 37 millions de dollars de dommages et intérêts. Ils avaient débité les comptes correspondant à des numéros de cartes bancaires rachetés à une banque. Ce serait la plus grosse escroquerie en rapport avec Internet.

Près de 700 000 personnes ont eu la surprise de voir apparaître sur leurs relevés bancaires une somme débitée pour l’accès à un site Internet pour adultes dont ils ignoraient jusqu’à l’existence. Pire, certains ne possédaient même pas d’ordinateur ! En fait tout provient au départ de l’achat, par les responsables d’un site X, d’une base de donnée contenant pas moins de 3 millions de numéros de cartes bancaires. Comment ses responsables ont-ils fait pour récupérer une telle mine d’or ? Tout simplement en l’achetant à une banque américaine, la Charter Pacific Bank. Précisons que le listing ne comportait pas les noms des détenteurs des cartes et qu’il provenait des clients des commerçants de ladite banque.

L’affaire a été dévoilée en 1999 et le jugement vient tout juste d’être rendu. “La FTC [Federal trade commission, ndlr] a bien montré, en présentant les preuves nécessaires, que 90,8 % des montants déposés par les prévenus sur leurs comptes commerciaux étaient illégaux”, a indiqué la Cour, ce qui représente au total une somme détournée de 43 millions de dollars ! Un triste record parmi les fraudes liées à Internet.

Kenneth Taves, le directeur de la société, et quatre acolytes ont été condamnés à verser 37 millions de dollars de dommages et intérêts. La différence de 6 millions a déjà été versée aux victimes. Celles qui ne se sont pas encore fait connaître peuvent le faire par e-mail ou par téléphone… pour ceux qui n’ont pas d’ordinateur et encore moins de connexion Internet.

La vente des numéros de cartes bancaires par la Charter Pacific Bank, serait légale aux Etats-Unis. En revanche, de telles pratiques ne sont pas tolérées en France. Toutes les données en possession des banques sont en effet couvertes par le secret bancaire et ne peuvent être cédées qu’à la justice, sur commission rogatoire.

Pour en savoir plus :

Les documents du jugement sur le site de la FTC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur