700 MHz : la bande des quatre opérateurs au rendez-vous de l’ARCEP

4GLégislationMobilitéOpérateursRégulationsRéseaux
arcep-attribution-licences-700-MHz-candidatures
2 10

L’ARCEP a confirmé qu’Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile veulent obtenir des bandes de fréquences 700 MHz dédiées à l’Internet très haut débit mobile.

Ils n’ont pas raté le coche de la date limite du 29 septembre à 12h00.

Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile ont déposé un dossier de candidature pour l’attribution de fréquences de la bande 700 MHz en respectant l’échéance fixée par l’ARCEP.

Présenté comme un deuxième dividende numérique après celui de 2010 (autour de la bande 2,6 GHz), les quatre opérateurs télécoms réseaux ont pris position pour s’emparer de ces six blocs de 5 MHz jusqu’ici attribués à la télévision analogique.

A charge maintenant pour l’ARCEP d’étudier les dossiers de candidatures.

L’Autorité de régulation des télécoms devra s’assurer du respect des critères de recevabilité et de qualification de la procédure.

Prochaine étape : d’ici un mois, la liste des candidats admis à participer aux enchères sera publiée.

On entrera ensuite dans le cœur de la bataille : les enchères se dérouleront au mois de novembre afin que les autorisations puissent être délivrées d’ici la fin de l’année.

Invité sur BFM Business mardi midi, Sébastien Soriano, Président de l’ARCEP, a rappelé les enjeux de l’Internet mobile : hausse des débits avec la 4G puis la 5G à moyen terme et extension de la couverture réseau de la population.

« On entre vraiment dans l’hyper-mobilité. Nos concitoyens veulent avoir tout le temps l’Internet mobile. »

Le président de l’ARCEP s’attend à une forte concurrence entre les opérateurs au regard de l’importance des blocs de fréquences mises en enchères dans la bande 700 MHz.

Pour éviter d’éventuelles collusions entre tours d’enchères (visant à déstabiliser un concurrent plus qu’un autre par exemple), on apprend que le gardien des télécoms a mis en place un dispositif de cloisonnement physique des représentants des opérateurs en lice qui vont s’engager dans cette procédure.

L’objectif est de parvenir à maintenir un « équilibre sur le marché » en établissant des règles. Ainsi, Orange, Bouygues Telecom et SFR ne peuvent acheter que deux blocs de 5 MHz chacun.

« En revanche, nous avons donné plus de liberté à Free qui disposede moins de fréquences dans ces bandes basses« , précise Sébastien Soriano. Du coup, le groupe de Xavier Niel peut acquérir trois blocs dans cette compétition.

Pour s’y retrouver dans la gestion des fréquences, l’ARCEP propose un récapitulatif de la répartition des bandes de fréquences (800 MHz – 900 MHz -1800 MHz -2,1 GHz – 2,6 GHz) entre opérateurs mobiles en France métropolitaine (réactualisation septembre 2015 sous forme d’un fichier PDF).

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : Kornfoto.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur