Accès aux financements : un plan galère pour les PME et start-up du numérique

CloudEntrepriseFiscalitéLégislationRégulationsStart-up
acces-financement-pme-numerique-barometre-syntec
3 28

Selon Syntec Numérique, 53% des PME du numérique et des start-up déclarent rencontrer plus de difficultés d’accès aux financements (banques, aides publiques…). Un tableau à nuancer.

Financer une société numérique, cela reste compliqué à en croire le 2ème édition du « Baromètre Financement des PME du numérique et des startups » édité par Syntec Numérique.

L’accès aux financements demeure toujours aussi difficile : 53% d’entre elles évoquent des « difficultés d’accès » sur ce volet. C’est regrettable car ce segment d’entreprises innovantes est marqué par des besoins de financement importants (R&D et développement commercial).

Et les obstacles d’accès aux financements semblent s’accentuer : lors de la première édition, le taux était de 43%.

Malgré les efforts fournis par Bpifrance pour accompagner les entreprises du numérique, le recours au Crédit d’Impôt Recherche (CIR) et le soutien affiché par les pouvoirs publics (François Hollande vient de rencontrer un bouquet de start-up françaises installées à New York), le parcours semble semer d’embûches à en croire l’enquête synthétisée sous la forme d’une infographie (à télécharger sur le site Internet de Syntec Numérique).

« Les résultats de notre enquête restent mitigés, avec des déceptions mais aussi de belles performances », estime Véronique Torner, Présidente de la commission PME de Syntec Numérique, citée dans le communiqué.

Globalement, plus d’un tiers des entreprises porte un regard sévère sur l’ensemble de la chaîne de financement (la proportion est identique à l’année passée : 37 %.

Néanmoins, les sociétés interrogées se montrent plus conciliantes vis-à-vis des premières étapes de la croissance par le biais de l’accompagnement des chaînons-clés comme les réseaux d’incubation et les business angels.

La perception du comportement des banques est assez paradoxale. Avec des résultats difficiles à interpréter sous le prisme de ce Baromètre. Certes, les banques demeurent un partenaire important du financement pour 59 % des entreprises du panel.

Si 70% d’entre elles évoquent des relations satisfaisantes, une proportion de 74 % du panel jugent sévèrement « l’action » de leur banque (petite amélioration toutefois car le taux était de 80 % en 2014).

La situation est confuse également sur la question de l’accompagnement des pouvoirs publics (leviers, simplification des démarches…). On sent une petite note de « Hollande bashing » avec cette petite proportion de 17% qui se montre vraiment satisfaite.

Alors que le recours aux services de la banque publique d’investissement (Bpifrance) a nettement progressé : +10 points en un an (54% contre 43% en 2014). Et 64% des entreprises interrogées ont utilisé le CIR.

L’étude admet néanmoins que « la perception des actions des pouvoirs publics s’est notablement améliorée » (59 % d’opinion défavorable en 2014 vs 40 % en 2015).

Voici un extrait de l’infographie qui résume la tendance sous cet angle :

financement-PME-numerique

Plus troublant : au-delà du financement, le « Baromètre » dévoile un autre obstacle tout aussi structurel : la difficulté du recrutement.

Pourtant, Syntec Numérique se montre optimiste selon Silicon.fr : les créations d’emplois dans les activités informatiques et le logiciel progressent en France. Et l’accélération enregistrée fin 2015 se poursuivra en 2016, assure la chambre professionnelle des acteurs du numérique.

Méthodologie (extrait)
Enquête réalisée auprès des adhérents de Syntec Numérique et membres d’entités partenaires par mailing du 15 février au 13 mars 2016. Echantillon de 103 entreprises du numérique (35 % comptent moins de 10 salariés, 38 % entre 10 et 49 salariés et 27 % entre 50 et 249 salariés).

(Crédit photo illustration : Shutterstock.com – Droit d’auteur : Syda Productions)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur