Accord Yahoo – Google : Microsoft n’a pas dit son dernier mot

Mobilité

Grand perdant du contrat signé entre Yahoo et Google jeudi, Microsoft pourrait revenir à la charge, selon certains experts.

(photo d’illustration-archive) En signant un accord avec Google, Yahoo a symboliquement refusé l’ultime offre de Microsoft qui s’élevait à 9 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros) et un milliard de dollars supplémentaire par an sur trois ans contre 16 % du capital et le contrôle de son moteur de recherche. Jeudi, Yahoo a annoncé la signature d’un contrat avec son concurrent Google dans le domaine de la publicité en ligne.

Mais cet accord ne remettrait pas en question l’offre de Microsoft, qui serait toujours ouvert aux négociations. La firme de Steve Ballmer serait en effet plus intéressée par le moteur de recherche qui a fait le succès de Yahoo que par son business publicitaire…On peut émettre quelques doutes.

Le jour suivant l’accord entre Yahoo et Google a laissé la bourse américaine perplexe. Les actions Yahoo s’échangeaient à 22,15 dollars (14,30 euros) vendredi 13 juin, alors que Microsoft en proposait 33 dollars (21,30 euros) dans le cadre de son OPA le 3 mai dernier.

Les actionnaires Yahoo devront décider, lors de l’assemblée générale prévue le 1er août, du renouvellement du conseil d’administration du groupe Internet. Le milliardaire américain Carl Icahn, qui s’est exprimé en faveur d’un accord avec Microsoft, est candidat au poste de directeur du conseil d’administration. Mais maintenant que l’accord est officiellement aux oubliettes, la question reste de savoir ce que l’investisseur ferait si ils accédait aux rênes de Yahoo.

Sergey Brin, heureux de “l’indépendance” de Yahoo

Quant à Microsoft, il est le grand perdant des événements de ces derniers jours. Son moteur de recherche est toujours loin derrière ceux de Google et de Yahoo en termes de fréquentation. Sa tentative de rachat de Yahoo lui a fait perdre un temps stratégique dans ce domaine.

Google sort clairement vainqueur, après l’accord qu’il a signé avec Yahoo jeudi. Sa présence dans le domaine de la publicité en ligne est renforcée à un degré sans précédent. Le moteur de recherche leader du Web propose déjà ses services publicitaires sur Ask.com et AOL, respectivement moteurs de recherche n°3 et n°4. Et maintenant sur Yahoo, le 2ème moteur de recherche de la Toile.

Les utilisateurs de Gmail seront ravis d’apprendre que sous les termes de l’accord, ils pourront se servir de la messagerie instantanée GTalk avec des utilisateurs de Yahoo Messenger. GTalk est également compatible avec les utilisateurs d’AOL AIM. L’un des fondateurs de Google Sergey Brin a déclaré être “très heureux de constater que Yahoo va rester indépendant”.

Mais rien n’est joué pour Google. L’accord publicitaire suscite des inquiétudes quant à son respect du droit de la concurrence du pays. Beaucoup d’experts estiment qu’une entente entre les deux premiers acteurs de la recherche en ligne pose problème.

Enfin, Microsoft pourrait bien revenir à l’attaque en renouvelant son offre : “Nous continuons à penser que Microsoft acquerra Yahoo à un moment ou un autre”, a déclaré un analyste UBS dans le New York Times.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur