Acer Iconia A110 : la tablette low cost qui adhère au projet Kai de Nvidia

MobilitéTablettes

Computex 2012 : l’Acer Iconia A110 Elle est l’une des premières tablettes bon marché à embarquer un processeur Nvidia Tegra 3 (bonus vidéo).

A côté des convertibles PC portables – tablettes et du phénomène Windows 8, il était difficile pour la tablette tactile Acer Iconia A110 sous Android de se distinguer dans les rangs du Computex 2012 (salon high-tech de Taïwan).

Elle constitue pourtant l’un des premiers fruits du projet “Kai”, lancé à l’initiative de Nvidia. Ecran de 7 pouces à technologie IPS, système d’exploitation Android Ice Cream Sandwich, 1 Go de RAM, mémoire interne vraisemblablement limitée à 16 Go toutefois extensibles via une carte microSD… la tablette  s’inscrit dans l’air du temps.

Témoin ce généreux embonpoint à 11,4 mm d’épaisseur qui rappelle la silhouette de l’Iconia Tab A100 (celle qui a précédé l’A110 au catalogue d’Acer).

La ressemblance est frappante à bien des égards, jusqu’à cette dalle capacitive dont les angles de vision restent un immuable talon d’Achille, comme le suggère The Verge.

A moins de 200 dollars dans sa version de base commercialisée à compter du troisième trimestre prochain, cette tablette a tout pour se cantonner en entrée de gamme.

Son coeur de cible s’ajuste en conséquence, avec en tête de liste les marchés émergents. C’est néanmoins sans compter une plus-value, et pas des moindres : un processeur Tegra 3 et ses quatre puces ARM Cortex A9 à 1,3 GHz, additionnées d’un cinquième coeur économe en énergie.

Acer en a déjà tiré les bienfaits avec l’Iconia Tab A510, modèle phare des Jeux olympiques de Londres, et dont l’autonomie en utilisation classique avoisine les 15 heures.

En coulisse, sous la bannière du projet Kai, Nvidia oeuvre à la généralisation de ses processeurs haut de gamme dans les terminaux à bas prix.

Débarqué avec une longueur de retard sur le marché des processeurs mobiles, le spécialiste historique des composants graphiques s’est donné jusqu’à la fin de l’année pour concrétiser l’implémentation de sa nouvelle coqueluche Tegra 3 au sein d’une trentaine d’appareils, dont certains bon marché.

Un paradoxe, alors que le quadricoeurs, actuellement au sommet de l’échelle technologique, se destine aux plus huppés des produits tel le smartphone Galaxy S3 de Samsung.

Mais la démarche fait sens pour le novice Nvidia, qui a encore fort à faire pour se démarquer face à une concurrence qu’emmènent Huawei (K3VA), Qualcomm (Snapdragon) ou encore Samsung (Exynos).

Pour les constructeurs, c’est l’occasion d’imposer un frein à la Kindle Fire d’Amazon, jusqu’alors seule sur ce segment et forte d’un succès commercial.

A terme, Kai devrait constituer la plate-forme de référence pour la Nexus Tablet, que Google préparerait en collaboration avec Asus.

Bonus vidéo via Netbooknews.de :

Source photo : The Verge


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur