Ad-block : une étude de PageFair et Adobe dévoile l’ampleur du phénomène

MarketingPublicité
adblock-plus-jurisprudence
3 14

Une étude publiée par Adobe et PageFair a montré que le blocage en ligne de la publicité devenait une pratique de plus en plus courante.

Où l’on apprend qu’en juin dernier, grâce à un rapport publié par PageFair et Adobe, on recensait 198 millions d’utilisateurs actifs de systèmes dits ad-block dans le monde. Il s’agit de ces extensions pour navigateurs internet qui permettent de bloquer le contenu publicitaire des sites.

Ce chiffre correspond à des pertes de revenus substantielles pour les éditeurs de contenu en ligne. Ainsi, rien qu’aux États-Unis, l’usage des systèmes ad-block représenterait une perte de 5,8 milliards de dollars en 2014. Projetée sur l’année 2015, elle doublerait presque à 10,7 milliards de dollars, puis atteindrait 20,3 milliards de dollars en 2016. A l’échelle mondiale, les projections donnent 41,4 milliards de dollars de pertes en 2016.

Si 198 millions semblent être peu au regard de la population mondiale ayant accès à internet (cela n’en représente que 6 %), il est intéressant de voir que les 20,3 milliards de dollars de pertes annoncés pour 2016 constituent tout de même 14 % des dépenses publicitaires.

Le recours au filtrage de la publicité en ligne recouvre également des disparités géographiques et démographiques.

Les États-Unis sont en tête pour ce qui est de l’usage des systèmes ad-block. Il y a augmenté de 48 % l’an passé, avec 48 millions d’utilisateurs actifs par mois sur le deuxième trimestre 2015. On trouve même des écarts importants suivant les États (allant de 8,2 % pour Washington DC à 16,4 % pour l’Oregon).

Ces disparités touchent également l’Europe. Sur le Vieux Continent, il y a ainsi 77 millions d’utilisateurs d’ad-block (toujours au 2e trimestre 2015). Cela représente une croissance de 35 % en un an.

L’usage de tels systèmes a explosé au Royaume-Uni, avec une croissance de 82 % en un an, pour atteindre 12 millions d’utilisateurs actifs par mois. Mais c’est en Allemagne qu’on recense le plus grand nombre d’utilisateurs (18 millions). En revanche, c’est en Grèce qu’on trouve le plus gros pourcentage d’internautes du pays y ayant recours (36,7 %), talonnée de près par la Pologne (34,9 %).

Le rapport nous apprend également que le navigateur internet Chrome est le plus important vecteur d’utilisation des extensions ad-block. Il représente 126 millions des internautes y ayant eu recours au cours du 2e trimestre 2015, avec une hausse de 51 % en un an. Il est suivi par Firefox (48 millions), puis Safari (9 millions).

Les mobinautes sont encore peu nombreux à recourir au filtrage de la publicité. Si au deuxième 2015, la navigation internet sur mobile représentait 38 % de la navigation internet globale, 1,6 % du contenu publicitaire bloqué l’était via terminaux mobiles. Mais cela devrait changer avec l’arrivée d’iOS 9, qui permettra d’installer des applications de type ad-blocker depuis l’App Store.

(Crédit photo : lmilian – Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur