Adlink nourrit ses mini-PC MXE-1300 à l’Atom Cedarview

Mobilité
ADLINK Matrix MXE-1300

Avec les mini-PC Matrix MXE-1300 et leurs processeurs Intel Atom Cedarview, le Taïwanais Adlink veut proposer aux industriels des solutions polyvalentes, évolutives et au coût d’exploitation optimisé.

Sous l’impulsion du Taïwanais Adlink et sa série Matrix MXE-1300, les processeurs Intel Atom Cedarview prennent du galon sur les PC embarqués.

Ces mini-ordinateurs peu encombrants et relativement économes en énergie (80 W pour l’alimentation intégrée) se présentent comme des solutions industrielles polyvalentes notamment destinées à remplir des tâches automatisées.

Entre serveurs de vidéosurveillance, présentoirs interactifs et passerelles réseau utilisées dans les transports ou la logistique, les quatre représentants de la gamme MXE-1300 ont en commun leur format réduit (21 x 17 cm) et 1,8 kg sur la balance.

Adlink en revendique l’évolutivité (“une seule vis pour démonter le châssis“) et la simplicité de maintenance, “sans câbles parasites” et pour cause : la plupart des composants sont soudés à la carte mère.

Sans ventilateur, le refroidissement du système est entièrement passif. A la clé, moins de nuisances sonores, mais davantage de bouffées de chaleur pour le processeur Intel Atom D2550.

Ce composant bicoeur (4 coeurs logiques avec la technologie HyperThreading) est cadencé à 1,86 GHz et doté de 1 Mo de mémoire cache de second niveau. On le trouve dans certains PC portables d’entrée de gamme ainsi que dans des serveurs NAS.

Gravé en 32 nm, il offre une bande passante de 6,4 Go/s, supporte jusqu’à 4 Go de RAM DDR3-1066, prend en charge un maximum de 14 ports USB 3.0 et gère 4 emplacements PCie.

Adlink mise plus particulièrement sur la puissance (640 MHz) de la solution graphique intégrée, qui a l’avantage d’apporter une prise en charge totale des contrôleurs HDMI, avec une transmission de flux vidéo en Full HD 1080p et l’accélération matérielle… sans 3D, toutefois.

En outre, place est faite pour accueillir un disque dur de 3,5 pouces en SATA-II, avec des vitesses de rotation généralement supérieures à celles du 2,5 pouces et un coût d’acquisition moins élevé. Au catalogue des options se trouvent des SSD de 8 et 32 Go.

Parmi le nombreuses entrées et sorties que proposent les MXE-1300, l’on recense un VGA et un DVI-D pour l’affichage. Pas de HDMI au rendez-vous.

S’y adjoignent 6 ports USB 2.0 (l’Atom ne prend pas en charge la norme 3.0), trois connecteurs Gigabit Ethernet, une fente pour micro-SIM (accès aux réseaux mobiles 3G / 4G LTE) et un lecteur de cartes Compact Flash, préférées au format SD.

Passé les 4 ports série dont deux hybrides RS-232/422/485, la présence d’un Mini-PCIe permet d’étendre les capacités du système avec diverses modules : carte d’acquisition vidéo, contrôleur Wi-Fi, etc.

Ces mini-PC MXE-1301 et MXE-1311 sont livrés sous Windows XP ou 7 (y compris leurs déclinaisons “Embedded”), voire, sur demande, Windows CE ou une distribution Linux.

Il en va de même pour leurs homologues MXE-1302 et MXE-1312, à la configuration plus modeste, construite autour d’un Atom N2600 à 1,6 GHz.

Le concept n’est plus tout frais chez Adlink, qui dévoilait, en 2009, le MXE-1000, basé sur un Atom N270, ce processeur que l’on retrouvait dans les netbooks d’alors.

Ce modèle s’affiche encore chez les distributeurs français (Acquisys, A Plus et Écrin Systems), pour quelque 630 euros TTC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur