Administration à distance : LogMeIn passe au VPN

CloudEntreprise

Service d’accès et d’administration à distance destiné aux DSI, LogMeIn s’ouvre aux réseaux virtuels privés (VPN) en mode IPv6 avec une fonctionnalité dénommée Hamachi.

Solution d’accès à distance et de gestion parc de terminaux interconnectés, LogMeIn se dote d’une fonctionnalité dénommée Hamachi. Elle permet la mise en place de réseaux virtuels privés (VPN), sur Windows, Mac OS X et Linux, chez les particuliers ou en entreprise.

Fidèle à sa politique, LogMeIn prône la gratuité pour tout usage à des fins non-commerciales de son outil d’administration à distance.

Essentiellement destinée aux PME, la version professionnelle de ce produit disponible en mode SaaS s’affiche à 299 dollars (soit un peu plus de 200 euros).

Elle offre à l’IT Manager une ressource centralisée de contrôle des équipements connectés au réseau local.

Dans sa variante gratuite, LogMeIn requiert la connexion à une interface Web pour s’octroyer la mainmise sur un appareil configuré au préalable par la saisie d’un clé de sécurité.

Le service Pro y adjoint des fonctionnalités telles que l’impression de fichiers, l’exécution de commandes en mode administrateur et la transmission du son.

Disponible à ses origines uniquement pour les postes équipés de Windows, LogMeIn s’est invité sur Mac en 2007, puis sur l’iPhone l’année suivante, peu après avoir fêté ses 50 millions de dispositifs connectés.

Depuis 2010, le module Central apporte aux entreprises l’automatisation des tâches d’administration. La DSI peut ainsi solliciter plusieurs postes depuis une seule console Web.

Avec la fonctionnalité Hamachi, le service s’ouvre désormais aux réseaux sécurisés VPN, ces ponts virtuels entre des infrastructures physiques.

Vice-président accès et gestion chez LogMeIn, Andrew Burton résume : “notre solution […] adopte le protocole IPv6 […] pour apporter [aux entreprises] les avantages d’une solution mobile sécurisée“.

La démarche de souscription requiert un paramétrage sur le site vpn.net, sur une page d’administration qui permet d’interconnecter jusqu’à 256 machines.

 

Crédit photo : Copyright Nmedia – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur