Adobe rachète Aviary : de la mobilité dans le Creative Cloud

Régulations
adobe-aviary-creative-cloud

Associées à un kit de développement permettant leur intégration dans des applications tierces, les solutions de retouche d’images d’Aviary ont retenu l’attention d’Adobe.

Adobe en est convaincu : l’expansion de son modèle cloud passera par les solutions tierces.

Cette ambition s’illustrait début juin avec l’ouverture d’une bêta privée du Creative SDK, bibliothèque logicielle qui permet aux développeurs d’intégrer, dans leurs applications mobiles, des technologies issues du Creative Cloud. La disponibilité générale de cette préversion devrait intervenir “dans les prochains mois”… à la faveur du rachat d’Aviary.

Fondée en 2007 par les dénommés Israel Derdik, Michael Galpert et Avi Muchnick, cette société basée à New York compte aujourd’hui une trentaine d’employés. Parmi ses investisseurs – qui ont injecté 17 millions de dollars en trois tours de table – figurent le fonds privé Spark Capital, le spécialiste des semi-conducteurs AMD et la structure de financement montée par le fondateur d’Amazon Jeff Bezos.

Connu auprès des utilisateurs pour son logiciel de retouche photo disponible sur Windows, iOS et Android ainsi qu’en version Web, Aviary courtise également les développeurs avec, à l’instar d’Adobe, un SDK permettant d’ajouter des fonctions d’édition d’images dans toute application mobile. Des possibilités exploitées notamment par Twitter, Flickr (groupe Yahoo), MailChimp (gestionnaire de campagnes e-mailing) et Walgreens (chaîne américaine de pharmacie).

Revendiquant “15 milliards de photos” retouchées via ses services (dont 5 milliards depuis le début de l’année), Aviary propose aussi une offre originale à destination des annonceurs. Fondé sur la viralité des contenus multimédias, le programme en question a été inauguré en juin 2013 avec Disney, Gap et RedBull, dont les marques respectives ont été mises en avant à travers… les différents filtres de retouche : cadres aux couleurs d’une collection de vêtements, tampons à l’effigie d’un personnage de bande dessinée, etc.

C’est surtout la partie SDK qui retient l’attention d’Adobe, avec un objectif : étendre son influence aux applications tierces en y intégrant notamment des fonctions de recherche de fichiers et de fonctionnalités hébergés dans le Creative Cloud.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous d’Adobe ?

Crédit photo : Peshkova – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur