Adobe refuse à Microsoft l’exploitation gratuite du PDF

Cloud

Adobe va même jusqu’à exiger que Microsoft supprime ses technologies propriétaires et concurrentes XPS de Windows Vista.

Le torchon brûle entre Adobe et Microsoft. Ce premier refuse au second l’intégration gratuite du PDF dans les futurs produits de la firme de Redmond. Le Portable Document Format est un format de document électronique créé dans les années 90 par Adobe et aujourd’hui standard de fait quasi incontournable dans le monde de l’édition aussi bien qu’en ligne ou encore dans les différents services de communication des entreprises.

Microsoft prévoyait (prévoit toujours) d’intégrer en standard dans Office 2007 une fonction d’exportation des documents en PDF. “Tout est partie de nos utilisateurs”, précise Alexis Oger, chef des produits Office chez Microsoft France, “depuis trois ans, nous avons reçus plus de 120 000 demandes pour implémenter le format PDF dans nos produits.” Fort de ce constat, Microsoft adresse une demande en ce sens à Adobe. Refus catégorique de ce dernier qui, d’une part, veut faire payer Microsoft pour l’usage de son format, et d’autre part, va jusqu’à exiger la suppression du format XPS de la suite bureautique mais aussi de Vista.

XPS en option dans Vista

Longtemps présenté sous le nom de code Metro, XPS (XML Paper Specification) est un ensemble technologique concurrent des solutions d’Adobe en matière de format de documents électroniques. Microsoft tente alors de négocier un accord et propose le retrait des fonctions “Save to PDF” et “Save to XPS” d’Office 2007 en natif qu’il remplace par un module à télécharger indépendamment selon les besoins des utilisateurs. De plus Microsoft offre de proposer aux ?M une option de retrait du format XPS de Vista. Enfin, l’éditeur de Redmond propose au père de Photoshop d’intégrer les formats Flash et Shockwave dans Vista.

Malgré ces signes de bonne volonté, Adobe campe sur ses positions et s’en tient à une intégration payante de ses produits. Adobe répète ses inquiétudes face au monopole de Microsoft en matière de système d’exploitation et explique ses réticences par le risque, réel, que l’éditeur en abuse pour s’accaparer, à plus ou moins long terme, le marché du format de document électronique.

Pourtant, Adobe présente le PDF comme un format ouvert, standard de fait, multi-plateformes, avec liens vers les kits de développement et autre librairies à l’appui, tout en annonçant que plus de 1 800 vendeurs dans le monde proposent des produits autour des solutions PDF. Nombreux sont les éditeurs à avoir ainsi intégré le PDF dans leurs solutions, à commencer par OpenOffice.org et Apple.

Les discussions se poursuivent

S’il est vrai que l’influence de ces solutions sur le marché n’est en rien comparable à celle que pourra avoir la suite de Microsoft, qu’est-ce qui empêche l’éditeur de Windows d’intégrer le PDF sans demander l’avis de son propriétaire? “Nous essayons toujours de travailler dans la meilleur intelligence possible avec nos partenaire”, justifie Alexis Oger. Certes. A moins que Microsoft ne redoute un énième procès pour abus de position dominante dont Adobe l’aurait menacé.

Malgré l’aspect hermétique de la situation, les discussions se poursuivent entre les deux parties, affirme le porte-parole de Microsoft en France. “Nous avons envie de répondre à la demande de nos utilisateurs, pourquoi les autres le pourraient et pas nous?” Office 2007 et Windows Vista sont encore en cycle de développement. Leurs sorties ne sont pas attendues avant novembre 2006 (pour les versions en licences) et début 2007 pour les boîtes et dans les nouveaux PC (?M). Ce qui laisse encore quelques mois de négociation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur