Adobe veut pérenniser le PDF face à la pression de Microsoft

Mobilité

Le passage du format PDF d’Adobe à la norme ISO répondra mieux aux besoins
des entreprises et administrations.

Il ne fait aucun doute que, aujourd’hui, le format PDF (Portable Document Format) de Adobe constitue un standard de fait en matière de format de documents numériques. Et pourtant, le PDF n’est pas un standard reconnu par les instances internationales. Mais cela devrait prochainement changer.

Adobe vient d’annoncer, lundi 29 janvier 2007, son intention de soumettre le PDF à l’ISO, l’organisation internationale de standardisation. La normalisation du format dans son intégralité entend répondre à une demande d’ouverture et de pérennité d’exploitation exigées par les entreprises et organisation gouvernementales qui appuient toujours plus leurs productions sur les technologies électroniques. Seule une norme ISO peut garantir cette pérennité puisque le format n’est alors plus géré par son créateur (qui n’est jamais à l’abris d’une disparition) mais bien par un organisme indépendant. L’AIIM, en l’occurrence.

Créée en 1943, l’AIIM est une association internationale à but non lucratif dont l’activité se concentre sur la veille et l’information autour des solutions de gestion de contenus en entreprise. Elle assure également le secrétariat auprès de l’ISO sur les questions de gestion de la conformité des information par l’intermédiaire de son comité technique 171 (TC 171).

L’AIIM gère déjà un certain nombre de normes PDF spécifiques à certaines branches professionnelles : les formats PDF for Archive (PDF/A), déjà normalisé ISO (avec le PDF/X), PDF for Engineering (PDF/E), PDF for Universal Access (PDF/UA) et PDF for Healthcare (PDF/H).

Couper l’herbe sous le pied d’XPF

Cette fois, c’est la version PDF 1.7 dans son intégralité qu’Adobe va soumettre à l’AIIM. Laquelle devra valider la documentation avant de la soumettre à l’ISO. Cette validation et sa normalisation ISO pourraient prendre plusieurs années.

Mais il n’en reste pas moins vrai qu’Adobe s’inscrit dans un mouvement mondial de standardisation internationale dans la foulée du format Open Document (que l’on retrouve dans OpenOffice.org) géré par l’OASIS et de son concurrent Open XML (que l’on retrouve dans Office 2007 par Microsoft) en cours de soumission au sein de l’ECMA.

De plus, l’annonce intervient la veille de l’arrivée officielle de Windows Vista. Lequel intègre en natif le format XPF (XML Paper Specification) de Microsoft, et son lecteur, qui s’inscrit en concurrent du PDF tout en se déclarant compatible. En effet, Windows n’est pas livré avec un lecteur/générateur de PDF en standard. XPF tend à remplacer cette absence sans pour autant distribuer les solutions d’Adobe.

En annonçant la normalisation du PDF, Adobe entend donc inscrire durablement son format sur le marché malgré la pression de Microsoft. Et espérer, au passage, vendre toujours plus de copies d’Acrobat, le logiciel de création du format PDF.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur