Afa : l’Internet illimité pour septembre est compromis

Mobilité
Information - news

L’Association des fournisseurs d’accès et de services Internet (Afa) tire la sonnette d’alarme : les accès Internet illimités promis pour septembre risquent de ne pas être au rendez-vous. En cause : l’offre de France Télecom “techniquement irréaliste” et le tarif final de 180 francs “économiquement irréaliste et fondé sur une information partielle”. La pression monte !

L’Association des fournisseurs d’accès et de services Internet (Afa) est en colère. “D’un côté les abonnés commencent à demander aux fournisseurs d’accès quand arriveront les offres pour des accès Internet illimités” explique Jean-Christophe Le Toquin, délégué permanent de l’association, “d’un autre les pouvoirs publics s’avancent” s’alarme-t-il, “nous ne voulons pas nous retrouver pris dans un étau.” L’Afa vient de diffuser un communiqué (que l’on trouvera sur son site) au titre sans équivoque : “Le lancement de l’accès tout compris en illimité à Internet en septembre est très fortement compromis”.Début avril, l’ART (Autorité de régulation des télécommunications) rendait un avis assurant : “l’offre (…) sera opérationnelle d’ici le 1er septembre 2001” un tarif était aussi avancé : “Ces forfaits pourraient se situer autour de 180 francs par mois” pouvait-on lire (voir édition du 9 avril 2001). L’Afa estime que le prix avait été annoncé “sans concertation préalable des acteurs de la chaîne” et “sans étayer l’attrait réel du grand public pour une offre bas débit à 180 francs.” L’ART a mis en place une commission sur l’interconnexion forfaitaire illimitée ou “Ifi” (L’Ifi permettra aux opérateurs de ne plus être facturés à la minute comme c’est le cas actuellement, mais sur la base d’un forfait annuel). “Nous faisons partie du groupe de travail” explique Jean-Christophe Le Toquin, “la commission devait trancher sur la question de l’Ifi, or l’ART est arrivée un beau jour avec un communiqué comprenant un tarif et un prix public.” Autrement dit personne n’a eu son mot à dire. Pourtant le communiqué de l’Afa n’intervient qu’aujourd’hui, “on a repoussé les échéances” se justifie Jean-Christophe Le Toquin, “nous attendons l’offre de France Télécom au niveau régional, elle a été repoussée puis devait intervenir le 27 avril. On nous a ensuite assuré que ce serait le 4 mai, aujourd’hui on ne connaît toujours pas les tarifs”, déplore-t-il.Un problème de déploiement sur le territoireLa seule offre de France Télécom concerne le trafic entre l’abonné et l’un des 800 point d’accès locaux, le tarif a été fixé après médiation de l’ART à 145 000 francs par an et par BPN (bloc primaire numérique, accès à 2Mbits/s qui permet, d’après l’Afa, de connecter 30 abonnés en même temps), “or il faut ensuite rapatrier les données jusqu’à l’un des 18 points d’accès régionaux” explique le représentant des fournisseurs d’accès. L’Afa estime que “seul France Télécom est réellement présent au niveau des 800 commutateurs locaux” car “aucun opérateur longue distance n’a accès à plus du tiers [de ceux-ci].” C’est le tarif entre les commutateurs locaux et les points régionaux qui n’est toujours pas connu. “On doit ensuite payer pour la connexion jusqu’à nos machines”, ajoute Jean-Christophe Le Toquin. D’après lui l’ART n’a de plus pas pris en compte le coût du “service universel”, une taxe qui sert notamment à financer des numéros comme le 18. Facturée 0,86 centimes la minute elle représenterait environ 30 francs pour 60 heures de communication. L’Afa assure que le tarif de 180 francs annoncé par l’ART ne prend pas en compte le coût du service du fournisseur d’accès et juge l’estimation “économiquement irréaliste et fondée sur une information partielle.”Un tarif vraiment attrayant ? Autour de 100 francs.Le tarif “vraiment grand public” pour un accès Internet illimité se situerait selon l’Afa “autour de 100 francs”. Il est vrai qu’à 200 francs, un tel forfait perd de l’intérêt pour ceux qui peuvent avoir accès aux offres ADSL ou câble dont les tarifs avoisinent les 300 francs. “A 100 francs ce serait très grand public et on pourrait s’attendre à une moyenne de surf autour des 40 heures par mois” estime Jean-Christophe Le Toquin, “par contre à 200 francs, on touche une population de gros consommateurs qui risquent de surfer un minimum de 60 heures par mois”, ce qui demande aux FAI de surdimensionner leur réseau et le rapport coût/profit diminue alors d’autant. Au final, l’association demande “queFrance Télécom propose dans les plus brefs délais une offre au niveau régional à des tarifs (…) attractifs pour le grand public et économiquement viables.” Pour l’instant, il n’est pas question pour elle de quitter la table des négociations, mais elle prévient : si France Télécom n’accède pas à sa demande “il n’y aura probablement pas d’accès illimité à Internet à la rentrée 2001”. Les réactions ne devraient pas tarder, A suivre !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur