Affaire DSK : quand l’actu se transforme en brûlot sur le Net

Cloud

Le scandale qui touche Dominique Strauss-Kahn a secoué la blogosphère avec un relent de complot ou de manipulation. Internet, “la France des corbeaux” (dixit François Baroin) ?

Grand succès du hashtag DSK sur Twitter avec Dominique Strauss-Kahn éclaboussé à New York dans une affaire présumée “d’agression sexuelle, de séquestration de personne et de tentative de viol”.

“Le 15 mai 2011, il est écarté provisoirement de son poste de directeur général par le FMI”, précise la fiche de DSK sur Wikipedia réactualisée sobrement.

Mais un relent de complot apparaît déjà sur Internet et il viserait le patron du FMI en tant que prétendant à la course à l’Elysée en 2012.

En guise de première étape, il devait s’engager dans les primaires organisées dans le camp socialiste.

Dans un article en date du 15 mai, LePost.fr (groupe Le Monde) cherche à savoir comment un jeune militant UMP du nom de Jonathan Pinet a pu avancer via Twitter l’hypothèse de l’arrestation de DSK “avant le The New York Post”.

En guise de réponse, il signe le même jour sur son blog (“Elucubrations et vanités d’un étudiant à Sciences Po et militant engagé”) une contribution intitulée de manière provocante “Top 5 des raisons qui m’ont conduit à faire arrêter DSK”  .

Sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, les jeux de mots parfois drôles parfois graveleux se succèdent.

Relevé par Electron Libre, François Baroin, ministre UMP du budget des Comptes publics et de la Réforme de l’État (et porte-parole du gouvernement), perçoit dans l’Internet la “France des corbeaux” lors d’une intervention au 13 heures de France 2 dimanche.

Sur les blogs, on remarque quelques contributions politiques comme celle de Jean-Christophe Cambadélis.

Le député du XIXème arrondissement de Paris, Secrétaire national du PS à l’Europe et aux relations internationales (et proche de DSK), appelle “à ne pas tirer de conclusions hâtives”.

Julien Dray (PS), qui a connu également une tempête des médias après avoir été accusé de blanchiment d’argent (la justice l’a mis hors de cause depuis), appelle au “respect des principes, solidarité, refus du lynchage ou de la curée”.

De son côté, Jacques Attali (essayiste) évoque l’hypothèse d’une “manipulation” mais se place déjà dans la réflexion face à l’actualité brûlante (“Les quatre échelles du temps”).

Sur les clubs de ses partisans, on reste réservé. “La prudence et la mesure s’imposent pour établir la vérité”, considère ClubDSK.fr.

Ou on est complètement largué : le blog des “Jeunes avec DSK”, censé servir de soutien au candidat non déclaré à l’élection présidentielle, reste muet depuis le 5 mai.

Encore plus proche du principal protagoniste, le blog d’Anne Sinclair, journaliste et épouse de DSK, ne fait aucune allusion à cette affaire sensible à multiple niveau : mondial, national et personnel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur