Agematis parie sur la croissance des services de stockage virtuel

Cloud

La jeune pousse de Gironde, qui a levé 2,5 millions d’euros auprès
d’Innovacom, favorise l’utilisation de la télésauvegarde et du disque
virtuel.

“Aujourd’hui, du fait du développement du haut débit, la donnée possède une pertinence à être en ligne.” Christophe Camborde, le PDG d’Agematis, l’a compris très tôt en créant sa société spécialisée dans le stockage en ligne dès 2002.

Fonctionnant jusqu’ici sur les fonds propres des associés (Christophe Camborde, Arnaud Bouddsovsky et Yannick Lacastaigneratte, Agematis vient de réaliser une première levée de fond de 2,5 millions d’euros auprès d’Innovacom, une société de capital-risque liée à France Télécom.

Ces fonds vont être investi à hauteur d’un million d’euros dans la recherche et développement autour de leur technologie de disque dur virtuel convergent Steek qui sera disponible à partir du 15 février. La société compte en effet 25 développeurs sur une équipe de 30 personnes et tend à s’agrandir. Le reste des fonds sera principalement utilisé pour la prospection commerciale auprès des grands fournisseurs d’accès Internet européens, “afin de réitérer ce que l’on a fait avec Orange ou Neuf Télécom en France”, envisage Christophe Camborde.

Surfer sur l’essor du haut débit en Europe

Agematis propose aux internautes des solutions de stockage en ligne par le biais des FAI mais aussi des SSII, portails ou tout autres sociétés qui ” ont des clients et souhaitent leur proposer des services à valeur ajoutée sans prendre en charge l’infrastructure”, précise Christophe Camborde.

Avec un chiffre d’affaires d’environ 300 000 euros en 2005, Agematis compte aujourd’hui presque 175 000 utilisateurs payants. Mais comme Christophe Camborde le fait remarquer : “il y a 70 millions d’utilisateurs du haut débit en Europe. C’est donc en millions que nous souhaitons pouvoir compter nos clients dans le futur”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur