Agobot en tête du classement viral de BitDefender

Cloud

Le virus Agobot profite des failles système de Windows pour installer une porte dérobée. Sa 3e variante arrive en tête du classement de BitDefender.

C’est la troisième variante de Agobot – un virus qui se propage par le Réseau sur les machines vulnérables (notamment la faille RPC de Microsoft, voir édition du 30 juillet 2003) et installe une porte dérobée – qui se classe à la première place du palmarès de l’activité virale de l’éditeur BitDefender. “Il est rare qu’une version, à elle seule, cause de très nombreuses infections. Pourtant, les multiples occurrences d’Agobot.3 l’ont propulsé ce mois-ci à la première place de notre Top 10”, commente l’éditeur. Agobot.3 occupe plus de 25 % des systèmes infectés. Un phénomène inquiétant qui tendrait à montrer le manque de vigilance des utilisateurs puisque la première version du virus est apparue en novembre 2003.

Il est suivi de près par Welchia.B (ou Nachi.B) qui, avec plus de 24 %, remplace Blaster qui sort du classement. Welchia est aussi un virus qui se propage sur le réseau à la recherche de machines vulnérables. Les variantes de Netsky occupent les cinq places suivantes tandis que Bagle.U, Mydoom.F et Bagle.V ferment le classement. “Les nouvelles versions de Bagle semblent moins virulentes que les premières, mais Netsky.P semble se renforcer et la variante Q devrait faire parler d’elle dans les prochains jours”, précise l’éditeur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur