Air France teste un service “d’embarquement automatique”

Cloud

Fort de la technologie Smartboarding de CitizenGate alliant biométrie et RFID, la compagnie aérienne veut gagner du temps à l’embarquement.

Air France – KLM donne plus d’autonomie aux passagers pour embarquer en mixant les technologies. A partir du 17 mars et jusqu’à la fin d’année 2009, les clients, qui ont intégré le programme de fidélité Flying Blue et qui effectuent souvent des voyages entre Paris et Amsterdam, sont susceptibles de tester Smartboarding, un service “d’embarquement automatique”.

Ce serait une première mondiale réalisée avec la société CitizenGate, fondée par le Français Franklin Devaux et spécialisée dans les technologies d’identification numérique (comme la biométrie). La compagnie aérienne va proposer aux passagers une carte individuelle qui regroupe un volet biométrie (empreintes digitales cryptées), RFID et impression thermique (verso de la carte réinscriptible jusqu’à 500 fois).

La technologie Smartboarding, issue de CitizenGate, est intégrée dans une carte remise au passager lors de son inscription à l’aéroport. La puce de la carte comprend ses données personnelles (nom, prénom, numéro de membre Flying Blue), ainsi que ses empreintes cryptées. Air France assure qu’aucun fichier n’est constitué pour exploiter ses informations.

Phase d’embarquement automatisé

Comment débute un voyage sous l’ère Smartboarding ? Air France – KLM présente un mémo à la presse ou une vidéo disponible sur le site Internet corporate de la compagnie.

Le voyageur doit toujours s’enregistrer pour le vol via les canaux mis à sa disposition (borne libre-service, Internet, téléphone mobile, comptoir) mais, nouveau réflexe, il doit introduire sa carte dans la borne Smartboarding. Celle-ci permet d’imprimer au verso la carte d’embarquement.

Dans la phase d’embarquement, le voyageur est censé gagner du temps car le passager emprunte un portail automatique situé à proximité de la passerelle.

Au cours de ce passage, un “test d’unicité” sera réalisé (le passager est-il vraiment seul?) et une lecture des informations de sa carte Smartboarding sera générée automatiquement (avec comparaison de l’empreinte d’un de ses doigts).

En cas de validation, le portail s’ouvre et donne l’accès à l’avion. A l’entrée de l’avion, il est toujours nécessaire de présenter le verso de sa carte Smartboarding à l’équipage.

Grosso modo, cette procédure permet d’éviter la queue des voyageurs pressés d’entrer dans l’avion. Mais, au passage, on a perdu le sourire d’une hôtesse de l’air qui valide la carte d’embarquement juste avant de traverser la passerelle. Welcome on Smartboard…

e-Embarquement par téléphone mobile : extension européenne
Autre nouveauté dans le domaine de l’embarquement : le groupe Air France – KLM étend son service de carte d’embarquement électronique sur téléphone mobile. Après un test qui a duré six mois sur les vols Paris-Amsterdam, il sera progressivement disponible sur la plupart des vols européens et français des deux compagnies. Ce service permet de recevoir sa carte d’embarquement sur téléphone mobile classique ou muni d’un accès Internet (smartphone). Le client peut recevoir sur téléphone mobile sa carte d’embarquement sous forme de SMS ou de MMS (pour les téléphones classiques) ou par e-mail (pour les smartphones). Il n’est plus nécessaire d’imprimer la carte d’embarquement. La version électronique, dotée d’un code-barres unique scanné en porte d’embarquement, intègre les données nécessaires.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur