Airbnb donnerait des signes de rentabilité

E-commerceE-paiementEntrepriseMarketingStart-up
airbnb-profitabilite

Sur le deuxième semestre 2016, Airbnb (réservation de locations entre particuliers) a dégagé ses premiers profits. Et cela devrait continuer en 2017.

Huit ans après sa création, Airbnb a enregistré ses premiers profits. Toujours bon à prendre quand on vise une (méga-) introduction en Bourse.

Selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg, la plateforme américaine de réservation de locations entre particuliers a dégagé ses premiers profits (en termes EBITDA) au cours du deuxième semestre 2016 et compte maintenir cette dynamique tout au long de l’année 2017.

Ca commence à devenir intéressant en termes d’indicateurs car si Airbnb reste dans les clous, la société Internet prouve qu’elle en mesure de prouver qu’elle peut dégager des bénéfices au jour le jour.

Ce qui la distinguerait d’une autre star de la Silicon Valley : Uber (app de mise en relations entre chauffeurs VTC et passagers) qui est loin de parvenir à cette première échéance de rentabilité.

Logiquement, le cas d’Airbnb est scruté avec attention, tout comme les autres « licornes » (le club fermé des sociétés valorisées au moins un milliard de dollars) comme Xiaomi (smartphones) et Didi Chuxing (ex-concurrent d’Uber désormais allié en Chine).

Le chiffre d’affaires de la plateforme collaborative, dont le modèle économique repose essentiellement sur le commissionnement par location, aurait bondi de 80% sur l’année 2016, toujours selon les sources de Bloomberg.

Mais le chemin est parfois parsemé d’obstacles règlementaires voire judiciaires en raison de la forte concurrence avec les réseaux hôteliers traditionnels. Dans des villes comme San Francisco ou New York, la tentation est grande de freiner les ardeurs d’Airbnb.

Plus près de nous en France, en début d’année, Airbnb a fait l’objet d’une nouvelle action en justice initiée par des syndicats d’exploitants hôteliers et des associations professionnelles de l’immobilier. Ses techniques d’optimisation fiscale sont également controversées.

Ces contrariétés ne l’empêchent pas de poursuivre son développement, fort de ses 19 bureaux implantés dans le monde.

La plateforme Airbnb comporte plus de 2 millions de locations à saisir dans le monde (34 000 villes ou métropoles couvertes avec la France placée comme première destination à l’international et Paris élevée au rang de vedette) et revendique une base de 60 millions d’internautes ayant profité de ses services.

Au-delà des services innovants (comme le lancement en fin d’année dernière de séjours à thème « pour des expériences authentiques »), la plateforme communautaire poursuit ses investissements. Quitte à piocher dans les idées qui germent à l’extérieur.

Ainsi, Airbnb a récemment investi 13 millions de dollars dans Resy du nom d’un app de réservation de tables de restaurants et chercherait à acquérir Tilt, une start-up qui évolue dans le domaine du crowdfunding, pour 50 millions de dollars (mais, en fonction des sources, les montants divergent beaucoup).

(Crédit photo : Brian Chesky, PDG et cofondateur Airbnb)

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur