Airbus – Uber : deux copilotes dans l’hélicoptère

Apps mobilesMobilité
uber-airbus
2 57

Airbus s’associe à Uber pour expérimenter, aux États-Unis, une offre de transport à la demande en hélicoptère.

Dans le cadre de ses prospections dans la Silicon Valley, Airbus s’associe à Uber.

Les deux sociétés lancent un projet pilote sur un service de transport à la demande en hélicoptère.

L’offre sera mise en situation cette semaine dans l’Utah, en partenariat avec l’opérateur local Air Resources, à l’occasion du Sundance Film Festival.

Airbus fournira des hélicoptères H125 et H130, tandis qu’Uber ajoutera une option dédiée dans son application mobile.

La pépite américaine – valorisée à plus de 60 milliards de dollars depuis son dernier tour de table – n’en est pas à son coup d’essai avec ce mode de transport.

Ses premières expérimentations dans les airs remontent à 2013. C’était à New York. Depuis lors, le service a été testé, de manière plus ou moins ponctuelle, dans des pays comme l’Afrique du Sud, l’Australie, le Brésil, l’Inde et les Philippines.

Les premiers pas en Europe s’étaient faits au Portugal. En mai dernier, c’était pour le festival de Cannes, en association avec le Français Hélipass, pour une offre de vol depuis l’aéroport de Nice-Côte d’Azur, à 160 euros par personnes (7 minutes de trajet).

Plus récemment, ce service baptisé UberCopter (ou UberChopper dans les pays anglophones) a été proposé pour les grands prix de Formule 1 des États-Unis (à Austin) et d’Abu Dhabi.

Airbus officialise là l’un des premiers partenariats noués par son centre d’innovation A3 (« A-Cubed ») installé en Californie, à San José. Les équipes viennent d’être mises en place, avec le dénommé Paul Eremenko pour les superviser.

Le groupe aéronautique a également établi, sur place, un fonds de capital-risque doté de 150 millions d’euros : Airbus Group Ventures, dirigé par Tim Dombrowski.

Le premier investissement est dirigé vers Local Motors, une société basée à Phoenix (Arizona) et spécialisé dans l’ingénierie collaborative, en mode open innovation, avec un réseau de « micro-usines » et de laboratoires.

Crédit photo : curraheeshutter – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur