Akamai rencontre un vif succès

Régulations

Le spécialiste de la lutte contre les encombrements d’Internet séduit les investisseurs.

Née à la fin de 1998, Akamai pèse déjà près de 1,5 milliards de dollars. Après avoir accueilli Apple et Cisco dans son capital en août dernier, la firme née de travaux du MIT a dû revoir son offre d’introduction en bourse à la hausse. Devant la demande, ce sont près de 8 millions d’actions qui seront proposées aux investisseurs, soit 2 millions de plus que prévu. Fixé dans une fourchette de 11$ à 13$, le prix de l’action sera finalement déterminé entre 16$ et 18$. Akamai bénéficie de la côte attribuée par Wall Street aux “plombiers” du réseau, alors que les fournisseurs de contenus ont perdu la vedette. Chose courante dans l’industrie Internet, la valorisation du capital d’Akamai semble ignorer les résultats de l’entreprise et ne tenir compte que de son potentiel de croissance. Le chiffre d’affaires des neuf premiers mois de l’année se monte seulement à 1,3 millions de dollars et a entraîné une perte de 28 millions de dollars dans le même temps.

Akamai s’est investi dans un créneau très porteur, la qualité de service des sites Internet. Elle s’appuie sur une technologie développée au MIT, qui analyse le trafic dans les réseaux pour déterminer le chemin le plus efficace que les données devront emprunter jusqu’au poste de l’internaute. Les scientifiques du prestigieux organisme américain avaient tenté de répondre au défi lancé par le créateur du Web, Tim Berners-Lee. Ce dernier a, bien involontairement, suscité la création de l’une des start-up les plus recherchées par les investisseurs cette année.

La technologie d’Akamai est d’autant plus efficace que le volume de données à transporter est important. Grâce à des accords de partenariat signés avec les fournisseurs de services Internet, Akamai a installé plus de 1200 serveurs dans 40 réseaux de télécommunications de 24 pays. Les données multimédia (images, vidéo) de ses clients sont dupliquées sur les boitiers installés par Akamai chez ses partenaires. Apple, CNN et Yahoo! ont vite compris l’intérêt de la technologie d’Akamai. Quand l’internaute réclame un document sur un site affilié, les données lui parviennent du serveur le moins encombré. Le système évite également les pannes générales comme celles qu’a connu eBay à plusieurs reprises.

Pour en savoir plus : Akamai


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur