Alcatel améliore sa rentabilité

Mobilité
Information - news

Comme les autres équipementiers télécoms, Alcatel fait état d’un amélioration très nette de sa situation financière, résultat d’une longue restructuration. Mais la reprise n’est pas encore en vue.

Comme Lucent (voir édition du 24 octobre 2003), Alcatel fait état pour le troisième trimestre d’une amélioration sensible, et plus rapide que prévu, de sa situation financière, réalisant un bénéfice d’exploitation deux fois plus élevé que la prévision moyenne des analystes financiers établie par Reuters. Encore déficitaire de 227 millions d’euros il y a un an, l’équipementier est donc parvenu à dégager au troisième trimestre un bénéfice d’exploitation de 160 millions d’euros, nettement au-dessus des 21 millions d’euros du trimestre précédent. Si le pôle “communications mobiles” a progressé de 50 à 79 millions d’euros, c’est essentiellement dans les “communications fixes” que le groupe a opéré la plus spectaculaire progression. Grâce à la réduction des coûts fixes, le résultat opérationnel est passé en un an de – 248 millions d’euros à + 66 millions d’euros. Au niveau du résultat net (avant amortissement des survaleurs), les progrès sont également significatifs. Bien qu’il reste dans le rouge, Alcatel a ramené sa perte en un an de 1,21 milliard à 175 millions d’euros. Si la rentabilité progresse, le point noir reste l’activité, laquelle continue de stagner. Les ventes sont ressorties au troisième trimestre à 3,04 milliards d’euros (soit 3,5 % de moins qu’au deuxième trimestre, en recul de 13 % sur un an), contre un pronostic moyen de 3,17 milliards d’euros. Le secteur tarde donc à redémarrer même si pour les équipementiers télécoms, le pire semble bien être derrière eux. “Le déclin se ralentit mais il est trop tôt pour parler de rebond”, a ainsi déclaré le p.-d.g. d’Alcatel, Serge Tchuruk, imitant l’extrême prudence de ses concurrents Nortel, Lucent ou Cisco.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur