Alcatel et Thomson mettent la TV sur l’ADSL

Mobilité

Choisir son film à la carte comme au vidéoclub sans bouger de son fauteuil ? Ce vieux rêve évoqué depuis l’arrivée de la télévision câblée est en passe de devenir une réalité grâce à un modem ADSL évolué mis au point par Thomson Multimédia et Alcatel. L’appareil à connecter au téléviseur sera capable de recevoir des flux vidéo MPEG-2 tout en enrichissant les fonctionnalités du téléphone.

Voilà peut-être l’outil qui aurait permis aux sites de divertissements audiovisuels comme le défunt Nouvo.com (voir édition du 10 avril 2001) de trouver un modèle économique. Alcatel et Thomson Multimedia commercialiseront en 2002, via leur filiale DSL Nextream, un modem ADSL d’un genre nouveau. Selon ses concepteurs, ce boîtier d’encodage large bande sera capable d’offrir des débits descendants jusqu’à 4 Mbits/s (soit près de 8 fois plus que l’ADSL grand public à 512 Kbits/s). Un débit théorique largement suffisant pour diffuser de la vidéo MPEG-2 en streaming, qui exige un flux d’environ 700 Kbits/s et probablement moins dans des formats propriétaires comme nous le promet Microsoft avec Corona (voir édition du 11 décembre 2001).

Amener des programmes vidéo sur la télévision via les téléphones pour les doter des fonctions interactives propres au Web, tel serait désormais le but des opérateurs de téléphonie et producteurs de contenus, selon Alcatel et Thomson Multimédia qui en profitent pour mettre en avant les avantages de la technologie DSL face aux câblo-opérateurs. Les deux industriels rapportent que, selon une étude du cabinet Schema, “45 % des consommateurs européens interrogés se déclarent tout à fait ou probablement intéressés par un service payant de vidéo à la demande”. Quant au tarif, il pourrait avoisiner les 600 euros pour le modem intégré à l’offre de l’opérateur-diffuseur, selon Thierry Breton, PDG de Thomson Multimédia, ou 300 euros pour le modem seul. Soulignons que les capacités techniques du boîtier permettraient de recevoir plusieurs flux vidéo simultanés.

Décodeur et magnétoscope numérique

Les propriétés de ce boîtier – qui n’a pas encore de nom et qui ressemblera probablement plus à un décodeur satellite qu’à un modem ADSL – ne s’arrêtent pas au décodage numérique. Il pourrait disposer d’un disque dur qui le transformerait alors en magnétoscope numérique. Enfin, le signal téléphonique passera par l’ADSL. Cela permettra de créer jusqu’à cinq lignes téléphoniques à partir d’un seul abonnement. Le boîtier ADSL intéressera probablement les petites entreprises et les professions libérales.

En cours d’expérimentation au Canada avec l’opérateur Aliant, le modem DSL de Nextream ne débarquera pas avant l’été 2002 en Europe. Les diffuseurs seront-ils prêts ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur