Alcatel-Lucent : 10 000 postes sur la sellette dont 900 en France

OpérateursRégulationsRéseaux
alcatel-lucent-licenciements

Alcatel-Lucent va procéder à une coupe sombre dans sa masse salariale. La France sera touchée à hauteur de 900 postes. Autant seront reconvertis par mutation ou externalisation.

Le sort en est jeté : dans les prochains mois, Alcatel-Lucent se délestera d’environ 14% de sa masse salariale.

En position délicate face à la transformation qui s’opère dans l’industrie des télécoms, l’équipementier réseau franco-américain veut poser les jalons d’un développement durable, ponctué d’un recentrage sur les réseaux IP, le cloud et les accès très haut débit.

Les quelque 10 000 suppressions de postes qui se préparent dans le cadre du plan ‘Shift’ présenté le 19 juin dernier s’ajoutent aux 5490 départs programmés pour l’année 2013.

En France, un plan de transformation sera mis en oeuvre pour recentrer la R&D sur les ‘technologies d’avenir’ (notamment la 4G) et les plates-formes logicielles de réseaux, notamment dans une activité jugée porteuse : les ‘small cells’.

Cette réorientation stratégique impliquera, à l’horizon 2014, la suppression d’environ 900 postes (soit 10% des effectifs locaux), principalement dans les fonctions support, administratives et commerciales.

Le comité de groupe européen d’Alcatel-Lucent a été informé que 900 autres emplois devraient être touchés en France d’ici 2015, par le biais de reconversions et de transferts de personnel vers des entreprises partenaires, comme ce fut le cas en 2009 avec la production informatique, externalisée à HP.

Côté sites, c’est la débandade. Comme le note Silicon.fr, ceux de Toulouse et Rennes vont fermer ; ceux d’Eu et Ormes seront cédés ; celui de Suffren sera relocalisé hors de Paris ; l’avenir de celui d’Orvault semble compromis.

Restent deux rescapés : Villarceaux (R&D) et Lannion (mobiles et réseaux).

Au sortir d’un marasme quasi décennal, Alcatel-Lucent compte également réviser son organigramme, pour synthétiser ses activités en deux ou trois structures principales.

Le Core (coeur de réseau) chapeautera l’IP (routage, transport, plates-formes), l’optique (y compris les câbles sous-marins et les transmissions sans fil) et les plates-formes (OSS/BSS, réseau, conseil, services).

L’Access concentrera quant à lui l’offre sans fil, le très haut débit fixe et le licencing.

Les solutions dédiées aux entreprises et aux gouvernements seront placées sous la coupe de la division ‘Others’ (Autres).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous des VPN ?

Crédit photo : Silicon.fr


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur