Alcatel-Lucent lâche ses dernières activités 2G et 3G

OpérateursRégulationsRéseaux
alcatel-lucent-2g-3g

Dans le cadre de son plan de restructuration, l’équipementier a cédé à la SSII indienne HCL les activités de R&D qu’il menait encore sur les technologies mobiles 2G et 3G.

Une page se tourne chez Alcatel-Lucent.

L’équipementier s’est délesté de ses dernières activités de recherche et développement menées sur les technologies mobiles 2G et 3G. Il les a transférées à l’Indien HCL, une SSII de 100 000 salariés. L’information n’est pas encore officielle, mais les employés français du groupe en ont été notifiés, selon Les Échos.

Cette manœuvre n’est pas vraiment une surprise. Elle s’inscrit dans le plan de restructuration “Shift” mis en place l’année passée par Alcatel-Lucent, avec l’objectif de se concentrer sur les technologies IP, très haut débit fixe (fibre) et mobiles (4G/LTE). Avec, pour cette dernière, une méthode de superposition du réseau (“overlay”) qui se distingue du single RAN des concurrents Ericsson, Huawei et Nokia.

Si ces derniers continuent de gagner de l’argent avec la 2G/3G, ce n’est visiblement plus le cas pour le groupe français. Comme le note Silicon.fr, la plupart des salariés français d’Alcatel-Lucent travaillant sur les réseaux mobiles d’ancienne génération ont été reclassés… ou ont quitté l’entreprise au cours des deux dernières années. A noter qu’une partie de l’activité avait déjà été délocalisée en Inde.

Cette initiative doit concourir aux économies d’un milliard d’euros que l’équipementier compte réaliser d’ici 2015. Dans cette optique, les cessions d’actifs se multiplient : après la vente de la filiale LGS Innovations fin 2013, il est question de céder 85% de la division Entreprise au Chinois China Huaxin, pour 268 millions d’euros.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous d’Alcatel-Lucent ?

Crédit photo : MOSO IMAGE – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur