Alerte de sécurité sur les logiciels Microsoft

Cloud
Information - news

Microsoft vient d’informer de l’existence de failles de sécurité qui touchent son navigateur, ses serveurs Web et ses systèmes d’exploitation. Jugées “importantes” et “critiques”, les failles permettent à un hacker de pénétrer sur les systèmes. Des millions de machines sont concernées. Mises à jour recommandées.

“Un ensemble de failles de sécurité identifiées dans Internet Explorer peut permettre à un attaquant de compromettre votre plate-forme Windows et ainsi de mener différentes actions”, peut-on lire dans le dernier bulletin de sécurité (MS02-066) édité par Microsoft, mercredi 20 novembre 2002. Autrement dit, le navigateur le plus utilisé de la planète est susceptible de permettre à un hacker de pénétrer sur votre disque dur. Les versions affectées sont IE 5.01, 5.5 et 6.0.

Les failles en question sont liées au traitement des images au format PNG (finalement très peu exploité sur le Net), à des caractères encodés dans les URL et à l’appel de fichiers multimédias via la balise OBJECT du langage HTML. Au final, l’intrus qui exploiterait ces failles aurait la possibilité de voir les sites visités par l’utilisateur et de déclencher un programme installé sur le disque local (notamment un ver ou un virus, par exemple). Un patch cumulatif est disponible sur le site de Microsoft pour combler cette faille jugée “importante” par l’éditeur.

Des millions de machines concernées

Jugée “critique”, une autre faille (n° Q329414) affecte les systèmes d’exploitation Windows Me, NT, 2000 ainsi que IE et les serveur Web IIS. Microsoft ne précise pas si les versions Windows 9x sont également concernées. En revanche, Windows XP échappe au problème qui affecte les versions Microsoft Data Access Components (MDAC) antérieures à la 2.7.

Le MDAC est un ensemble de composants exploités pour l’accès aux bases de données sous Windows. Découverte par la société spécialisée en sécurité Foundstone, la faille permet à un individu malintentionné de prendre la main sur un serveur et de diffuser virus ou vers par e-mail.

Les mises à jour sont donc fortement recommandées, soit via le service Windows Update, soit en téléchargeant les correctifs sur le site de Microsoft.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur