Alexa skills : les développeurs prennent en main l’assistant vocal d’Amazon

Apps mobilesMobilité
alexa-skills
4 2

L’écosystème de compétences (« skills ») s’élargit autour de l’assistant vocal Alexa d’Amazon en vue d’une exploitation plus poussée et personnalisée.

L’écosystème des services et des développeurs autour d’Alexa, l’assistant vocal d’Amazon, s’étoffe progressivement. C’est une bonne nouvelle pour la firme Internet de Jeff Bezos qui exploite cette technologie sur des appareils domestiques comme Amazon Echo ou Amazon Dot.

Illustration avec l’exploitation de l’Alexa Skills Kit (ASK) disponible depuis un an et pris en main par des dizaines de milliers développeurs. Amazon recense désormais 3000 « skills » (littéralement « compétences ») développé via le programme ASK et compatibles avec Alexa installé sur les produits pour le foyer connecté. C’est le triple par rapport à juin (on n’en recensait que 135 en janvier).

Pour rappel, le concept de « skill » est à interpréter comme une forme de fonctionnalité développée spécifiquement pour Alexa afin de renforcer ses capacités d’analyses et donc le potentiel d’assistant vocal personnalisé.

Une nette réussite saluée par Steve Rabuchin, Vice-Président en charge d’Alexa au sein d’Amazon : « Quand nous avons lancé l’Alexa Skills Kit il y a plus d’un an, notre objectif était de permettre aux développeurs de créer des expériences vocales attirantes pour les clients Alexa. La réponse de la part des développeurs et des clients a été extrêmement positive et nous sommes très enthousiasmés par ce qui va venir. »

Appel d’air pour le développement de skills

Pour quels types d’applications ? Plusieurs exemples sont fournis via Amazon comme Twitter Reader qui permet au gré d’une simple requête vocale « Alexa, ask Twitter… » suivi d’une requête spécifique de faire lire à l’assistant numérique ses tweets, ses mentions et de connaître les tendances du moment (nationale ou locale) observées sur la plateforme de microblogging.

Dans son communiqué, Amazon fournit également les noms des derniers éditeurs qui contribuent à l’essor des skills : Food Network, GE Appliances, Hyundai Genesis, Find My Phone, P-Link Kasa, Patrón, KAYAK, Food Tracker…

A titre d’exemple, Hyundai Genesis permet aux possesseurs de véhicules Hyundai G80 ou G90 de contrôler leur véhicule via Alexa. GE Appliances donne le contrôle vocal, via Alexa, sur les installations de la cuisine.

D’ici la fin du mois, on peut s’attendre à d’autres contributions comme Yahoo Sports Fantasy Football, Bloomberg et « What to Expect, Pregnancy & Baby ».

Les apps média intégrant Alexa Voice Service ne manquent pas non plus : CNET, AP, NPR, The Economist, BBC, NBC, CNN, ESPN…

Au-delà de ses produits maison (Amazon Echo, Amazon Dot et Amazon Tap), la technologie Alexa est également intégrée dans des appareils tiers comme le Tribby, la CoWatch et le Pebble Core.

Pour la petite anecdote, on apprenait en début de semaine via un tweet (diffusé « accidentellement » par Amazon puis retiré), que le tarif de l’Echo Dot allait passer de 90 dollars (son tarif de lancement en mars) à 50 dollars.

De quoi populariser encore un peu plus Alexa, même si la techno reste encore cantonnée aux Etats-Unis pour l’instant. Mais des expériences via Voyages-SNCF.com montrent qu’elle va déborder sur d’autres marchés y compris en France.

(Crédit photo : @Amazon)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur