Alias/Wavefront, éditeur de Maya, dans la tourmente

Cloud

La firme créatrice de Maya vient de se séparer de son responsable produits : Richard Kerris. La firme souligne toutefois que le logiciel d’animation 3D n’en pâtira pas et sera bien mis en vente à partir de septembre. Des versions pour Windows, Irix et Linux ont été lancées au dernier salon E3.

Licenciement pour Richard Kerris, le responsable produit de Maya, cet outil de création graphique et d’animation en 3D qui mène l’industrie du film à la baguette. Maya est l’outil de référence qui a été utilisé par la plupart des films ayant décroché un oscar cette année. Le logiciel vient tout juste d’être lancé sur les plates-formes Windows, Linux et Irix, au dernier salon E3, tandis que la version pour Mac OS X a été montrée encore une fois cette année au dernier NAB. Cette séparation a été expliquée par la firme comme l’une des conséquences du ralentissement économique dont toutes les firmes de l’industrie informatique souffrent actuellement. Kerris est un habitué du monde du spectacle et est monté sur scène avec Steve Jobs pour souligner l’arrivée de Maya (voir édition du 5 janvier 2001).

Le logiciel Maya est réellement très attendu sur Mac (voir édition du 25 mai 2000), compte tenu de la présence déjà très importante de cette plate-forme dans les milieux où le logiciel est utilisé. Il s’agit d’une oeuvre d’art dans le milieu des développeurs, car l’application comporte pas moins de 26 millions de lignes de code, soit plus que le système d’exploitation d’Apple lui-même ! La version pour Mac OS X sera vendue aux Etats-Unis pour la somme de 7 500 dollars, soit près de 57 000 francs. Chaque franc dépensé permet donc d’acheter près de 456 lignes de code ! Un bon rapport qualité/prix !

Pour en savoir plus :Le site d’Alias/Wavefront (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur