Altice : démission de Michel Combes, reconfiguration du top management

Gestion des talentsManagementNominations
michel-combes-demission-altice

Chahuté en Bourse, le groupe Altice annonce le départ du CEO Michel Combes. Patrick Drahi reprend les commandes opérationnelles pour appliquer la stratégie.

Il apparaissait sur la sellette avec des résultats financiers jugés insuffisants. Ca se confirme.
Le groupe Altice annonce la démission de Michel Combes, CEO du groupe Altice et PDG du groupe SFR en France.

Il est remplacé par Dexter Goei, Directeur général d’Altice US et bras droit de Patrick Drahi pour la gestion des finances et des investissements. Il prend les fonctions de CEO d’Altice N.V.

Avec le départ de Michel Combes qui était arrivé dans le groupe télécoms en septembre 2015, le fondateur du groupe reprend les commandes opérationnelles qu’il avait lâchées pour se concentrer sur la volet de la stratégie. Patrick Drahi va présider le conseil d’administration du groupe.

Ce qui entraîne une cascade de remises à plat de fonctions dans le top management du groupe : Alain Weill devient P-DG de SFR alors qu’il prenait jusqu’ici uniquement en charge la partie médias.

Encore récemment, il était entendu qu’Armando Pereira,  compagnon de route de Patrick Drahi, devait se montrer plus influent au sein de SFR.

Mais, dans la nouvelle configuration, il prend plutôt de la distance dans la chaîne de commandement du business. En se concentrant sur les fonctions de COO d’Altice Telecom, il va chapeauter la dimension d’infrastructures réseaux  fixes et mobiles au niveau du groupe.

Le directeur financier Dennis Okhuijsen se voit attribuer le poste de CEO d’Altice pour l’Europe.

Seul top manager qui fait preuve d’une certaine stabilité : Jérémie Bonnin conserve les fonctions de secrétaire général du groupe.

Pour le cas de la filiale SFR, le départ de Michel Combes représente une nouvelle onde de choc après le départ de Michel Paulin qui avait quitté ses fonctions de DG de l’opérateur français en septembre.

Entretemps, on a appris le départ de managers à des strates intermédiaires comme Henri Juin (ex- patron de la branche SFR Business) et Jean-Pascal Van Overbeke (directeur exécutif grand public).

Altice tremble en Bourse

Alors, pourquoi cette énième chamboulement du management chez Altice ? Les derniers résultats financiers (troisième trimestre de l’exercice du groupe) ont été décevants et ont servi de signal d’alarme. Le chiffre d’affaires global a baissé de 1,8% à 5,7 milliards d’euros.

Jeudi, le titre Altice à la Bourse d’Amsterdam a terminé sur une baisse de 9,66 %, à 10,66 euros.

« Après une brève suspension de cotation alors qu‘il perdait plus de 15%, le titre a finalement cédé 9,15% à 10,72 euros. Il avait auparavant touché, à 9,9990 euros, son plus bas niveau depuis décembre 2015 », évoque Reuters.

« Un peu plus de 13 milliards d’euros de capitalisation boursière ont été effacés depuis le printemps », relate l’AFP.

En commentant les résultats financiers du groupe Altice tombés en fin de semaine dernière, Michel Combes insistait sur l’art de « l’exécution » pour mener à bien la stratégie qui repose sur le triptyque télécoms-médias-publicité. A priori, c’est le volet de l’application qui a accéléré sa mise à l’écart.

« Le nouveau management et la structure renouvelée de gouvernance a été conçue pour améliorer la stratégie d’Altice à appliquer, faire apparaître des responsabilités claires et améliorer les performances financières et opérationnelles du business », évoque le communiqué de presse du groupe télécoms tombé jeudi en soirée.

(Crédit photo : SFR, juillet 2017)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur