Altnet accuse la RIAA de détourner sa technologie pour lutter contre les pirates

Mobilité

Altnet poursuit l’association américaine de l’industrie du disque qui exploiterait illégalement sa technologie d’identification. La technique repose sur des fichiers leurres destinés à polluer les réseaux P2P.

Le 8 septembre, Altnet, qui propose une plate-forme de commercialisation de fichiers numériques de toute nature sur les réseaux d’échange de fichiers peer-to-peer (P2P), a porté plainte contre la RIAA, l’association professionnelle américaine de l’industrie du disque, pour violation de brevet. Les sociétés Loudeye (fournisseur de solutions numériques de distribution de fichiers), sa filiale Overpeer et Media Sentry (développeur de technologies anti-piratage) sont également dans le collimateur.

Altnet, filiale de Brilliant Digital Entertainment (BDE) qui développe des solutions de distribution pour la publicité en ligne, accuse la RIAA d’exploiter illégalement son brevet baptisé “TrueNames” pour mettre en ligne des fichiers audio inexploitables (généralement vides ou parasités). Cette stratégie de pollution des réseaux d’échange, intitulée “spoofing”, vise à décourager les internautes qui téléchargent illégalement des titres musicaux pour les rediriger vers les plates-formes de vente en ligne. Une technique qui interdirait le développement du P2P et qu’Altnet juge nuisible à son activité.

De ce brevet (n°  5 978 791), Alnet a mis au point un algorithme qui vise à identifier et qualifier les fichiers mis en ligne. Il permet également de poser un lien de téléchargement d’un fichier dans une simple page Web. Seulement, un défaut de l’algorithme d’Altnet permet de générer de faux fichiers pourtant reconnus comme authentiques. Un défaut qui, dans un cadre d’utilisation normale, ne poserait pas de réels problèmes. Mais les majors exploiteraient ce défaut pour générer des millions de fichiers leurres. Selon Altnet,lorsqu’Overpeer indique produire 200 millions de faux fichiers par mois, cette exploitation viole son brevet.

Propositions systématiquement refusées“Nous avons épuisé toutes les tentatives pour essayer de travailler avec les sociétés accusées et ceux qu’ils représentent afin d’encourager patiemment et positivement le développement du P2P en tant que moyen de distribution”, déclare Kevin Bermeister, le directeur général d’Altnet dans un communiqué, “[…] nous ne pouvons pas laisser faire et les autoriser à éroder nos opportunités d’affaires par la violation de nos droits.” Le dirigeant précise que “nos propositions ont systématiquement été rejetées depuis trois ans”. Altnet est notamment partenaire de Kazaa et Grokster, deux solutions de P2P régulièrement attaquées par l’industrie du disque et du cinéma aux Etats-Unis pour promotion du piratage. Une accusation qui a récemment été rejetée par la neuvième Cour d’appel des Etats-Unis (voir édition du 26 août 2004). Ceci pourrait expliquer les réticences émanant des groupes industriels de la musique et du cinéma.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur