Amazon organise un plan drive pour ses abonnés Premium

E-commerceMarketing
amazonfresh-pickup

Dans le cadre d’une expérimentation à Seattle, l’offre AmazonFresh pour les achats du quotidien est déclinée sous l’angle du click & collect, avec un drive.

Après les librairies et le supermarché sans passage en caisse, Amazon donne une nouvelle impulsion dans le commerce physique.

Le groupe de Jeff Bezos creuse le sillon du drive avec l’ouverture, dans sa ville natale de Seattle, de deux boutiques AmazonFresh Pickup.

Au contraire de l’offre AmazonFresh exploitée depuis près de 10 ans avec un développement commercial encore limité, ce nouveau service sera accessible sans surcoût pour les abonnés au programme de fidélité Premium (99 dollars par an aux États-Unis).

Pour le moment, seuls les employés d’Amazon peuvent y accéder. Ils ont la possibilité d’acheter, sur le Web ou sur l’app mobile, « des milliers de produits du quotidien » et de choisir un créneau horaire pour venir récupérer la marchandise, disponible « à partir d’un quart d’heure après la commande ».

Le client n’a pas besoin de sortir de son véhicule : ses courses lui sont apportées, sans minimum de commande.

Des documents transmis aux autorités sur place avaient permis d’entrevoir le concept AmazonFresh Pickup.

Jusqu’à cinq magasins pourraient être mis en place d’ici à l’an prochain à Seattle. Mais aucune échéance n’est encore communiquée pour l’ouverture au grand public, tout particulièrement au vu du retard pris par le projet Amazon Go expérimenté en parallèle.

Aux côtés du click & collect, Amazon explore d’autres pistes pour élaborer le magasin du futur. Constatant qu’il n’est pas évident de transposer le digital sur l’ensemble de l’expérience consommateur, la société e-commerce pionnière mène, entre autres, une réflexion sur l’intelligence artificielle et la réalité augmentée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur