Amazon Killer : quand les libraires contre-attaquent

CloudE-commerceMarketing
amazon killer

Elliot Lepers a développé une extension Web, Amazon Killer, permettant de choisir un livre sur Amazon et d’aller ensuite l’acheter dans une librairie physique.

Si le développement d’Amazon avait une conséquence inattendue : relancer l’activité des librairies traditionnelles. C’est en tout cas le but recherché de l’application Amazon Killer, développée par Elliot Lepers.

Proposée sous la forme d’une extension pour les navigateurs Firefox et Chrome, Amazon Killer permet aux internautes d’utiliser le service Web Amazon pour rechercher un livre correspondant à leurs envies… mais sans le commander sur la plate-forme d’e-commerce.

Cette extension offre en effet, dans un deuxième temps, d’aller acheter l’ouvrage sélectionné dans une librairie physique. Il suffit pour cela de cliquer sur le bouton « Acheter en librairie » qui s’affiche sur la page Amazon grâce à l’ajout de l’application.

L’internaute est alors automatiquement redirigé vers le site Web Place des Libraires, permettant de  trouver rapidement la librairie la plus proche vendant le livre désiré.

Simple mais il fallait y penser. En effet, en acette extension, Elliot Lepers a voulu permettre à des libraires locaux de continuer à faire tourner leur affaire face au géant du e-commerce Amazon, qui multiplie les initiatives pour livrer le plus rapidement possible ses clients.

Dans un article intitulé « La fabrique de l’engagement », publié sur Medium.com, Elliot Lepers explique les raisons de la création de son Amazon Killer.

« Quand j’ai écrit ce code l’été dernier, la loi dite « anti-Amazon » venait d’interdire d’offrir les frais de port pour la vente de livres en ligne. Amazon avait alors annoncé proposer des frais de port à 1 centime d’euro. J’étais révolté de ce mépris total et assumé du politique par le capital. […] ».

« Je veux préciser que mon intervention a été minime. Amazon est un outil extrêmement complexe et puissant, tout comme Place des libraires est une initiative salutaire et très performante. Le deuxième a évidemment été créé pour tenter de concurrencer le premier. Pourtant, rien ne semble relier les deux plateformes, aucune passerelle. Inquiétant, car si les librairies doivent contre-attaquer, c’est bien parce qu’il y a eu un exode, une transition, depuis les librairies, vers Amazon. Et leur survie dépend naturellement de l’inversion de cette transition : ramener des brebis égarées, depuis Amazon, vers les librairies. »

 

Quizz ITespresso.fr : Etes-vous incollable sur Amazon ?

 

Crédit image : Rob Hyrons – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur