Amazon réorchestre sa conquête de l’Europe

MobilitéRégulationsTablettes
jeff-bezos-amazon-kindle-commerce-electronique

Le fondateur Jeff Bezos effectue une visite en Europe. Amazon mise sur l’innovation, avec des tablettes pensées comme des passerelles vers une offre de contenus. Notamment des e-books et la VoD.

Planning chargé pour Amazon, avec en ligne de mire la conquête de l’Europe, entre lecteurs d’e-books, tablettes numériques et vidéo à la demande (VoD).

Le groupe américain pionnier du commerce électronique a inscrit cette échéance comme une priorité dans son agenda de fin d’année.

Son patron et fondateur Jeff Bezos a amorcé une tournée en Europe.

Il sait qu’il détient le flambeau d’une société en forte croissance, notamment sur le marché du livre numérique.

L’Europe constitue un défi pour Amazon, dont l’assise est tout autre de l’autre côté de l’Atlantique, avec notamment 22% du marché des tablettes.

Pour relever le challenge, Jeff Bezos évoque au Figaroune offre [différenciée], des produits très bien placés en prix, avec des délais de livraisons très courts“.

En outre, de son aveu, c’est l’innovation technologique qui doit permettre à l’entreprise de se distinguer et d’offrir davantage de visibilité à son catalogue de contenus numériques, véritable levier de sa croissance économique.

Cette stratégie se matérialisera avec de nouvelles liseuses tactiles : les PaperWhite, en pré-commande à 129 euros TTC pour la version Wi-Fi et 189 euros TTC pour le modèle équipé en 3G.

Les livraisons débuteront le 22 novembre.

En rapport à l’ancienne génération (Kindle Touch), l’écran est désormais multitouch (2 points de contact), avec une densité d’affichage supérieure (212 ppp au format 6 pouces).

Une technologie de rétroéclairage brevetée offrirait un contraste amélioré de 25%.

La batterie conserverait une autonomie d’environ 2 mois, sur la base d’une demi-heure de lecture par jour, avec la luminosité au niveau 10 et la connexion sans fil désactivée.

La mémoire interne est rabotée à 2 Go, mais le cloud ajoute de l’espace de stockage. Au pack Amazon Premium (49 euros) s’adjoindra une bibliothèque virtuelle qui permettre de louer des ouvrages (1 par mois), dont 4000 en français.

Le catalogue global inclut quant à lui plus d’un million d’e-books, dont 70 000 en français… avec les restrictions inhérentes au DRM (Digital Rights Management).

En l’occurrence, les PaperWhite ne devraient pas accepter le format de fichier ePub, ni les livres téléchargés sur une autre liseuse.

Sur le segment des tablettes, la Kindle Fire fera ses débuts européens le 25 octobre, à partir de 199 euros, avec “des réservations déjà très importantes“, selon Jeff Bezos, cité dans les colonnes des Echos.

Cette ardoise est vendue “à prix coûtant“, avec une valeur ajoutée concentrée sur l’offre de contenus et services.

Vidéo à la demande : Amazon vise l’Europe et la France à terme
Dans le même esprit, Amazon prévoit d’étendre une plate-forme de vidéo à la demande, avec la filiale Lovefilm, déjà à l’exercice en Allemagne et au Royaume-Uni. “Nous avons en Europe une filiale Lovefilm qui offre de la vidéo à la demande en Allemagne et au Royaume-Uni. Cette société développe actuellement une offre pour l’ensemble de l’Europe dont la France”, a expliqué Jeff Bezos au Figaro. “Ca va venir, mais je ne peux encore dire quand.” Amazon a progressivement racheté Lovefilm après une première prise de participation remontant à 2008. La plateforme pourrait proposer à terme la location de jeux et le streaming de musique, en plus des films et des séries.

———– Quiz ITespresso.fr ————-
Etes-vous un expert d’Amazon.com ?
Evaluez vos connaissances sur notre quiz
——————————————–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur