AMD bientôt dans des PDA ?

Mobilité

Après les processeurs pour ordinateurs personnels et serveurs, AMD a décidé d’attaquer le marché des assistants personnels, comme les PDA et WebPads. Suite au rachat de la société Alchemy, AMD présente aujourd’hui l’Au1100, un processeur cadencé entre 333 et 500 MHz et doté de nombreuses fonctions (réseau, USB, SD, son…). Les StrongARM n’ont qu’à bien se tenir.

AMD lance un nouveau processeur… et ce n’est ni un Athlon, ni un Duron, encore moins le très attendu Hammer. D’ailleurs, l’Alchemy Au1100 ne se destine ni aux PC de bureau, ni aux portables, ni aux serveurs mais aux assistant mobiles en tout genre, PDA, WebPads, voire téléphones mobiles.

L’Au1100 est proposé en plusieurs versions : 333, 400 et 500 MHz. Basé sur le jeu d’instructions MIPS32, ce processeur 32 bits a été architecturé pour supporter différents systèmes d’exploitation dont Windows CE.Net, Linux et VxWorks (un OS exploité dans les systèmes industriels embarqués). Ce sont des puces dites SOC (system on a chip) qui intègrent de la mémoire, notamment, au coeur même du processeur. Outre 16 Ko de mémoire cache dédiée aux instructions et autant pour les données, l’Au1100 intègre un contrôleur LCD chargé d’optimiser la qualité vidéo sur les appareils mobiles. Par ailleurs, l’Au1100 supporte deux contrôleurs SD (Secured Digital) pour la gestion directe des cartes Flash au format Secure Digital ainsi que l’USB, une interface Ethernet 10/100, l’infrarouge IrDA et la norme AC’97 pour le son.

Une puce particulièrement peu gourmande en électricité

L’Au1100 se présente donc comme un processeur fonctionnellement prêt à répondre aux exigences du marché. Il vient compléter les Au1000 et Au1500 précédemment développés par Alchemy. L’Au1000 est en cours de production et l’Au1500 devrait voir le jour dans le courant du deuxième trimestre 2002. Le savoir-faire d’AMD semble avoir été principalement exploité dans l’optimisation de la consommation électrique. Par rapport à l’Au1000, l’Au1100 consomme deux fois moins d’énergie, soit 0,25 watt à 400 MHz. Il est commercialisé à 29,50 dollars (par lot de 10 000 unités).

Après avoir pris des parts de marché à Intel sur les processeurs pour ordinateurs personnels, AMD poursuit son offensive en s’attaquant à l’autre terrain occupé par le père du Pentium avec ses StrongARM. Un marché encore balbutiant mais estimé, pour 2007, à 26 milliards de dollars. Pour aborder cet environnement prometteur, AMD avait racheté la société Alchemy en février dernier. Les qualités aujourd’hui reconnues des Athlon et Duron devraient bénéficier aux Au. Reste cependant à trouver les clients pour les appareils dits “grand public”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur