AMD introduit le double-coeur dans ses Athlon FX

Mobilité

Avec l’Athlon FX-60, AMD entend offrir des performances inégalées aux gamers. Ce qui reste à vérifier.

Réputée pour ses hautes performances dans l’univers des jeux vidéo, la gamme FX des Athlon 64 d’AMD vient de franchir un nouveau palier de puissance. Avec le tout nouveau modèle Athlon 64 FX-60, AMD apporte ? enfin ? le double-coeur à une puce jusqu’alors restée en configuration monocoeur.

AMD avance des gains de performances sur la concurrence de 34 % en moyenne pour les médias numériques et jusqu’à 80 % “sur certains bancs d’essai”. Sans plus de précision sur les essais en question. Quant à la concurrence, AMD désigne sans le dire le Pentium Extreme Edition 955 qu’Intel à présenté fin 2005.

Il restera cependant à vérifier que l’Athlon FX-60 est particulièrement adapté aux jeux vidéo. Avec une horloge cadencée à deux fois 2,6 GHz, la fréquence du FX-60 est en baisse par rapport aux 2,8 GHz du FX-57. Or, face à la encore trop grande absence de titres ludiques réellement adaptés au double-coeur, les systèmes pourraient pâtir de cette baisse de fréquence. Et rien ne permet de penser que la quantité de mémoire cache, par défaut doublée (2 fois 1 Mo), compensera la baisse de fréquence. D’autant que le contrôleur mémoire reste basé sur de la DDR alors qu’AMD doit intégrer la DDR2 dans le courant de l’année.

Parfait pour le multitâche

En revanche, les applications multimédia qui exploitent les capacités multitâches et multithread des systèmes d’exploitations sauront sans doute tirer parti de l’architecture double coeur du FX-60 par rapport au FX-57.

Le FX-60 pourrait parfaitement répondre aux besoins de distribution de flux audiovisuels sur différents support de diffusion (dans le cadre d’un réseau résidentiel) ou encore aux applications de création de contenus numériques.

Au-delà de la fréquence d’horloge et du nombre de coeurs, l’Athlon FX-60 partage le reste de ses caractéristiques avec le FX-57 : gravure en 90 nanomètres SOI (silicon on insulator), support du 64 bits compatible 32 bits, architecture de communication HyperTransport (jusqu’à 14,4 Go/s de bande passante), contrôleur mémoire (Northbridge) intégré, mémoire cache totale de 2 304 Ko (2 fois 1 152 Ko), support des instructions multimédia 3DNow, SSE3, socket 939 (qui autorise une évolutivité sans rupture de plate-forme)… Signalons également un nombre de transistors plus que doublé : 233 millions contre 113 pour le FX-57.

Il n’en reste pas moins que l’Ahtlon FX-60 reste un processeur très haut de gamme… et très cher. A 1 031 dollars l’unité (par lot de mille pièces), le nouvel opus du fondeur de Sunnyvale vise exclusivement les utilisateurs exigeants et fortunés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur