AMD : la puce Zambezi et son socket AM3+ se dévoilent encore plus

CloudComposantsPoste de travail

ComputerBase.de a diffusé des slides techniques pour découvrir l’envers de la puce Zambezi à architecture Bulldozer et du socket AM3+ qui l’accompagne.

La puce AMD Zambezi à architecture Bulldozer et le socket AM3+ se retrouvent sur le devant de la scène.

Les coulisses technologiques ont été dévoilées sur des slides disponibles ici (Via ComputerBase.de)

Avec ses 8 coeurs AMD64, la puce Zambezi d’Advanced Micro Devices possède quatre modules, chacun intégrant donc deux coeurs.

Elle dispose également de 8 Mégaoctets de cache de niveau L3 (4 fois 2 Mo) ainsi que de 8 Mo de cache de niveau L2 (également 4 fois 2 Mo), de deux canaux de 72 bits permettant l’accès à de la mémoire DDR2 et de quatre bus 16 bits HyperTransport en réception et émission.

Gravée en 32 nm, la Zambezi occupera une surface de 315 mm2.

AMD répond au Turbo Boost d’Intel avec sa technologie Turbo Core présente dans l’architecture Bulldozer.

Lorsqu’il y a de la marge sur l’enveloppe thermique (thermal design power, TDP en anglais), cette fonction est automatiquement activée.

Elle permet d’augmenter la fréquence d’horloge de chaque coeur et fonctionne également lorsque la moitié des coeurs sont inactifs.

Le socket AM3+ supportera la mémoire DRAM basse tension (low voltage), les connexions pour les bus haute fréquence HyperTransport, ainsi que deux canaux pour un accès à la mémoire vive.

Il sera compatible avec les anciens CPU AM3 même si les Bulldozer sont conçus pour fonctionner de façon préférentielle avec les chipsets de la série 9x.

Le Zambezi pourra donc aussi fonctionner sur des cartes mères AM3 avec certaines limitations toutefois.

La consommation est aussi revue à la baisse grâce notamment à gestion de l’énergie de haut vol et à l’utilisation optimum des P-State* en fonction de l’activité des coeurs (ie fréquence).

Si AMD n’a pas précisé de date de lancement officielle pour les puces Bulldozer, elles sont attendues avant la fin de l’année.

* Les états de performance d’un processeur (P-states) sont un ensemble de fréquences et de valeurs de tensions d’alimentation du processeur auxquelles le processeur opère. Plus la fréquence de fonctionnement est élevée, plus le processeur est performant au détriment de la consommation (source Fedora)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur