AMD livrera ses puces ARM 64 bits pour serveurs fin 2014

ComposantsMobilitéPoste de travail
amd-processeur-arm-64-bits

AMD a livré des détails sur sa première puce ARM 64 bits pour serveurs : basé sur l’architecture Cortex-A57 avec 4 à 8 coeurs gravés en 28 nm, l’Opteron A1100 sera lancé fin 2014.

Dans le cadre de l’Open Compute qui se tient actuellement à San José, AMD a officialisé sa première puce ARM 64 bits : l’Opteron A1100.

Connu sous le nom de code “Seattle”, ce processeur gravé en 28 nm est bâti sur l’architecture Cortex-A57. Il intègre 4 ou 8 coeurs cadencés à 2 GHz ou plus, ainsi que 8 Mo de cache de troisième niveau (et 4 Mo de cache L2). Dit “deux à quatre fois plus performant” que les CPU Opteron X-Series (“Kyoto”) à coeurs Jaguar basse consommation, l’Opteron A1100 accepte jusqu’à 128 Go de mémoire vive DDR3 ou DDR4 bicanale – éventuellement ECC, à une fréquence maximale de 1866 MHz. Il supporte par ailleurs deux interfaces 10GbE (Ethernet à 10 Gb/s), 8 lignes PCIe 3.0 et autant ports SATA 6 Gb/s.

Autre particularité, et non des moindres, il s’agit du premier CPU AMD à intégrer directement dans son silicium la technologie d’interconnexion Freedom Fabric héritée de SeaMicro. La feuille de route initiale prévoyait son intégration dans les serveurs dès le deuxième trimestre 2014, mais le lancement commercial est finalement repoussé à la fin de l’année. Baptisée “Group Hug”, la carte mère qui sera livrée en parallèle offrira une compatibilité avec l’Open Compute Project,  qui consiste en une collaboration ouverte entre les acteurs de l’IT autour des designs de serveurs.

Les développeurs auront accès à l’Opteron A1100 dès le mois de mars, avec une plate-forme dédiée au format micro-ATX. Certains éditeurs parmi lesquels Canonical, Red Hat et SUSE ont déjà assuré qu’ils supporteraient l’écosystème ARM 64 bits. La virtualisation sera accessible via KVM et Xen, Oracle réalisant pour sa part un portage de Java.

AMD entrevoit un fort potentiel de croissance pour les puces ARM dans le data center, mais l’essentiel de son offre gravite encore autour de l’architecture x86. L’accent est mis sur la haute densité et le rapport performance par watt, grâce notamment aux technologies héritées du rachat de SeaMicro. Illustration avec la gamme de CPU et d’APU (“Accelerated processing unit”) “Berlin”, lancée début 2014 pour les serveurs rack… et vouée à remplacer la série Opteron 3300. Dans un autre registre, AMD estime que l’embarqué pourrait représenter la moitié de son chiffre d’affaires à l’horizon 2015, avec des perspectives dans l’automobile, les futurs téléviseurs 4K ou plus globalement le vaste Internet des objets.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : sauriez-vous choisir le bon microprocesseur ?

Crédit illustration : Yulia Glam – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur