AMD tenté de produire ses propres chipset

Mobilité

Le fabricant de processeurs envisage de monter sa propre usine de production pour être plus indépendant. A côté, AMD s’associe au studio d’animation Dreamworks.

Après les processeurs et la mémoire Flash, AMD pourrait bien investir un nouveau marché : celui des chipset. Aujourd’hui, les principaux circuits logiques des plates-formes AMD sont essentiellement produits par nVidia (les nForce), VIA Technologies (génération K…) et ATI. Demain, il faudra aussi compter sur l’architecte de l’Athlon 64 qui se contentait, jusqu’alors, de fabriquer ses jeux de composants logiques à titre de démonstration et comme modèles à destination des concepteurs de cartes mères principalement. Rappelons que les chipset se composent de deux puces (généralement) appelées northbrige et southbridge qui servent d’interface d’échange entre les différents composants de la carte mère (mémoire, bus PCI et AGP pour le northbridge, contrôleur IDE, traitement du son, gestion des entrées/sorties, ports séries et parallèle pour le southbridge).

Selon la presse américaine, l’entreprise de Sunnyvale aurait l’intention de tirer parti des capacités de surproduction qu’une extension de son usine Fab 36 de Dresde (en Allemagne) apportera. Jusqu’à présent, le manque de sites production obligeait AMD à se concentrer sur la production de processeur. L’ouverture de cette nouvelle unité de production n’est cependant pas attendue avant la fin 2006, voire 2007. D’où l’idée d’AMD de s’attaquer au marché de masse des chipset. Dans ce cadre, le fondeur pourrait s’associer à un fabricant de circuits logiques. L’idée étant de concevoir les processeurs et les chipset en parallèle afin d’offrir la meilleur interaction possible entre l’ensemble des puces. Avec l’arrivée des processeurs dual core (voir édition du 21 avril 2005), l’idée est des plus réaliste.

Les Opteron au service de l’animation

Parallèlement, AMD travaille son image. Premier fondeur à avoir lancé des processeurs 64 bits compatibles avec le mode 32 bits, AMD vient de signer un partenariat majeur avec la société de production cinématographique Dreamworks Animation SKG, notamment détenue par Steven Spielberg et productrice des deux volets de Shrek et Fourmiz, notamment. A travers ce partenariat signé pour 3 ans, AMD devient le fournisseur privilégié du studio cinématographique. Des serveurs aux stations de travail en passant par les fermes de rendus, l’entreprise de Sunnyvale équipera tous les ordinateurs de Dreamworks en processeurs Opteron. Même les portables “de nouvelle génération” en bénéficieront, souligne le communiqué.

En retour, AMD bénéficiera “de nouvelles opportunités marketing grâce à l’utilisation de personnages issus de films réalisés par le studio” et s’associera aux lancements en salle et DVD des films produits par Dreamworks. Ce n’est pas la première fois que les deux sociétés collaborent ensemble. Gangs de Requins avait déjà été “calculé” sur une solution HP architecturée autour de processeurs Opteron. Une collaboration qui s’est poursuivie sur Madagascar, dont la sortie est programmée au 22 juin en France. Aux dires de Dreamworks, ce long métrage est le premier à intégrer autant d’animaux à poils dans une seule scène 3D. Soit 900 là où, les animaux à fourrure apparaissent en nombre restreints en raison de la difficulté d’animer leur pelage en images de synthèse.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur