AMD veut s’emparer d’ATI

Mobilité

Le numéro deux mondial des microprocesseurs lance une OPA amicale sur l’un
des deux premiers fabricants mondiaux de cartes graphiques.

Les rumeurs qui circulent depuis la fin du mois de mai se confirment? Advanced Micro Devices (AMD) vient d’annoncer qu’il a lancé une OPA amicale sur ATI Technologies, un constructeur canadien spécialisé dans les cartes graphiques. Créée en 1985 aux Etats-Unis, ATI est l’un des deux leaders mondiaux dans ce domaine, aux côtés de Nvidia.

Le fondeur a mis 5,4 milliards de dollars sur la table pour racheter ce groupe qui emploie près de 3500 salariés – dont 4,2 milliards de dollars en numéraire et 57 millions d’actions AMD. Le rapprochement, qui devrait être finalisé d’ici la fin de l’année 2006, donnera naissance à un nouvel ensemble pesant 7,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires et de salariés. Avec ce rachat, AMD table également sur une réduction des charges des deux entreprises de l’ordre de 75 millions de dollars à compter de fin 2007.

Le fondeur a enregistré une hausse de son bénéfice net sur son deuxième trimestre, clos le 2 juillet 2006, à 88,8 millions de dollars, contre 11.3 millions de dollars à la même période l’an dernier. En revanche, son chiffre d’affaires a accusé une baisse de 9% sur cette période, à 1,22 milliard de dollars. Le groupe explique en partie cette régression par la diminution des prix de vente en gros des processeurs pour PC fixes.

Bien qu’il soit confronté à une baisse de son chiffre d’affaires sur son second trimestre fiscal 2006, AMD ambitionne aujourd’hui d’intégrer ses puces avec d’autres équipements comme les cartes mères. Il lancera de nouvelle plateforme intégrées réunissant un microprocesseur, un processeur graphique et un circuit graphique sur la même carte mère. Ces bundles seront, d’après lui, principalement offerts sur le marché grand public et destinés aux utilisateurs nomades.

Problème : ATI est lié à Intel

Engagé dans une lutte féroce avec son grand rival Intel (qui se traduit de plus en plus par une guerre des prix), AMD compte également tirer partie de ce rachat pour affirmer son positionnement de constructeur et accroître ses parts de marché.

Seule ombre au tableau, ATI est historiquement l’un des principaux fournisseurs de chipsets pour Intel tandis que Nvidia entretient des rapports privilégiés avec AMD. Il est difficile de savoir ce qu’il adviendra de ces accords dans les mois à venir mais il est tout aussi inimaginable d’envisager qu’AMD puisse demeurer l’un des grands fournisseurs d’Intel à long terme. Dave Orton, le PDG d’ATI, et Dirk Meyer, son directeur d’exploitaiton, vont rejoindre l’équipe dirigeante d’AMD.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur