L’ancien P-DG d’AMD rebondit chez Dell

CloudDatacentersGestion cloudGestion des talentsManagementNominations
rory-read-dell

Après trois années passées à la tête d’AMD sur fond de restructuration, Rory Read rejoint Dell pour superviser les ventes au niveau mondial.

À 51 ans, Rory Read va prendre un nouveau départ chez Dell.

L’ancien P-DG d’AMD prendra ses fonctions le 6 avril prochain au sein du groupe informatique américain. Il officiera en tant que directeur d’exploitation et chapeautera les ventes au niveau mondial, avec un objectif : renforcer la stratégie omnicanal en se concentrant essentiellement sur la distribution en direct.

Rory Read supervisera également les relations avec les OEM et les intégrateurs système. Il rapportera directement à Marius Haas, président de l’Enterprise Solutions Group. Même division et même supérieur hiérarchique pour Paul Pérez. Arrivé en provenance de Cisco, cet ancien de HP oeuvre depuis le 23 mars en qualité de directeur technique chargé d’élaborer la prochaine génération de solutions Dell pour le data center (serveurs, stockage, réseau).

Alors que les missions de Paul Pérez se porteront plus particulièrement sur le court terme, celles de Rory Read s’échelonneront à plus longue échéance. Un modèle dont l’intéressé est familier pour avoir mené la restructuration d’AMD. Il avait rejoint le fondeur en août 2011, après 5 ans passés à la tête de la filiale américaine de Lenovo… et 23 ans chez IBM à différents postes de direction, notamment en Asie-Pacifique.

Successeur de Dirk Meyer chez AMD (Thomas Seifert ayant assuré l’intérim pendant environ six mois), Rory Read a dû guider l’entreprise dans le virage de la mobilité, avec les tablettes en première ligne. Une mission délicate face à la domination de l’architecture ARM et l’arrivée d’Intel sur ce marché.

Rory Read s’était distingué en annonçant, quelques semaines après son arrivée, une réduction d’effectifs à hauteur de 10 % de la masse salariale. D’après les résultats financiers communiqués par le groupe, la restructuration aurait permis d’abaisser les coûts globaux d’environ 30 %, tout en facilitant le recentrage sur le cloud computing et les pays émergents.

Crédit photo : Advanced Micro Devices


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur