D’anciens collaborateurs de WikiLeaks lancent leur site concurrent

Mobilité

Un groupe formé notamment d’anciens collaborateurs de WikiLeaks et en froid avec son fondateur Julian Assange vont créer un site alternatif baptisé OpenLeaks, qu’ils souhaitent “plus transparent”.

Les multiples péripéties de WikiLeaks agacent certains internautes.

D’après le quotidien suédois Dagens Nyheter, plusieurs anciens collaborateurs du site Web, qui a développé sa notoriété en diffusant des informations brutes sensibles tous azimuts “au nom de la transparence”, ont décidé  de lancer la semaine prochaine leur propre site concurrent de WikiLeaks, baptisé OpenLeaks.

“Notre objectif à long terme est de bâtir une plate-forme forte et transparente pour soutenir les sources, tant sur le plan technologique que politique, tout en encourageant le lancement de projets similaires”, a déclaré anonymement un membre de ce nouveau groupe, rapporte LExpress.fr.

Ce nouveau site Web marchera donc sur les plates-bandes de WikiLeaks, à savoir la révélation d’informations confidentielles.

Seule différence : OpenLeaks ne devrait pas publier en ligne des documents en son nom, mais les communiquer en premier lieu aux médias, aux syndicats et à des organisations non gouvernementales.

“Du fait de notre intention de ne publier aucun document directement et en notre nom, nous pensons pouvoir échapper au pressions politiques dont WikiLeaks fait actuellement l’objet”, a souligné un de ses membres.

Dans un texte publié par le journal Dagens Nyheter, les fondateurs d’OpenLeaks s’en prennent au fondateur de l’association à but non lucratif, Julian Assange, actuellement en détention préventive en Angleterre et accusé d’agressions sexuelles par la justice suédoise.

Ils estiment ainsi que WikiLeaks a manqué de transparence, ce qui a fini, selon eux, par créer des problèmes relationnels avec Julian Assange quand ils travaillaient avec lui.

“Si Julian a pu me suspendre simplement en claquant des doigts, qu’est ce que cela indique à propos de WikiLeaks ? S’il a pu faire quelque chose comme ça, cela veut dire que WikiLeaks est son bébé à lui seul”, a déclaré son ancien collaborateur Daniel Domscheit-Berg.

Les fondateurs d’OpenLeaks veulent ainsi créer un site Web à l’image de WikiLeaks, mais où chacun aura droit à la parole, “une organisation […] dirigée démocratiquement par l’ensemble de ses membres, plutôt que par un groupe ou un individu”, rapporte le quotidien Dagens Hyheter.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur