Angry Birds : Rovio a vu trop gros et doit rapetisser

Apps mobilesLicenciementsManagementMobilité
angry-birds
6 27

Malgré la nouvelle version du jeu Angry Birds pour smartphones, Rovio doit procéder à une lourde restructuration. Il va lâcher plus d’un tiers de son effectif (260 personnes).

La deuxième version d’Angry Birds n’est pas une éclaircie suffisante pour Rovio.

Lancée fin juillet, elle a vocation à susciter de nouveau l’intérêt des adeptes de casual games sur smartphones ou tablettes.

A partir de 2009, ils avaient craqué pour ce jeu consistant à catapulter des oiseaux pour repousser les assauts de cochons voleurs d’oeufs.

La simple exploitation du jeu Angry Birds – sous des modèles variés en fonction des déclinaisons thématiques et des plateformes mobiles (mode payant, freemium, publicité…) – s’est transformée en succès mondial.

Mais le rythme a ralenti nettement à moyen terme. Illustration en 2014 : l’éditeur scandinave enregistre un chiffre d’affaires de 41,4 millions d’euros (contre 152,2 millions d’euros en 2012) et les pertes s’accentuent.

Rovio doit procéder à une première vague massive de licenciements (130 personnes) et ferme un studio en Finlande.

Le démarrage en plein été d’Angry Birds 2 est encourageant : 50 millions de téléchargements recensés en un mois. Sachant que le business model s’est affiné en intégrant des achats in-app.

Mais l’éditeur de jeux sur mobiles d’origine finlandaise n’échappera pas à une restructuration approfondie.

Rovio vient d’annoncer son intention de supprimer jusqu’à 260 emplois, ce qui correspond à 37% de son effectif (700 salariés).

Le CEO Pekka Rantala, qui a pris ses fonctions en janvier 2015,  justifie cette orientation par une baisse des profits cette année et une volonté de se recentrer sur les activités essentielles : production de jeux, les médias (avec un film d’animation attendu au printemps) et les licences de la marque Angry Birds en vue d’une exploitation sur des produits dérivés.

« Nous avons fait trop de choses ces dernières années », admet le dirigeant.

« Des changements fondamentaux sont nécessaires pour que Rovio atteigne son but : devenir une entreprise leader de divertissement qui s’appuie sur les jeux mobiles », a déclaré Pekka Rantala dans un communiqué.

Les équipes en charge de réaliser le film The Angry Birds aux United States et au Canada ne sont pas concernées.

(Crédit photo : Rovio : Angry Birds)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur