Annotez les pages Web qui vous font réagir !

Régulations

La société Third Voice démarre l’expérimentation en grandeur réelle d’une technologie originale qui permet aux internautes d’échanger des commentaires sur les sites qu’ils visitent grâce à un système de notes à insérer sur les pages Web.

Third Voice, une start-up basée dans la Silicon Valley en Californie, propose depuis quelque jours sur son site de télécharger un plug-in Internet qui permet d’écrire ou de lire des commentaires portant sur le site qu’on est en train de visiter.

“En créant Third Voice, nous avons voulu renouer avec l’esprit qui régnait au tout début de l’Internet et qui était marqué par la volonté de partager ses idées sans restriction au sein d’une communauté la plus large possible”, explique Eng-Siong Tan, directeur et cofondateur de la start-up. “Third Voice défend une égalité des droits d’expression sur le Web aussi bien pour les auteurs que pour les lecteurs”.

Le principe de la technologie Third Voice est relativement simple. Les utilisateurs téléchargent la partie client du système sur le site de la société sous la forme d’un plug-in qui s’intègre dans leur navigateur. Ils peuvent alors lire et écrire des commentaires sur les pages Web qu’ils visitent via une fenêtre qui apparaît dans le coin gauche de l’écran -dans Internet Explorer, cette mini-interface peut s’afficher dans le volet d’exploration.

Les commentaires sont représentés par un petit drapeau jaune qui s’affiche devant le texte concerné directement dans la page Web. Pour afficher le contenu, il suffit de cliquer dessus. Pour en insérer une, il suffit de sélectionner un morceau de texte et de cliquer sur le bouton Post. Dès qu’une personne qui a le plug-in de Third Voice visite un site donné, elle “voit” les commentaires postés par les autres utilisateurs.

Deux niveaux de diffusion sont proposés par défaut. Les commentaires publiés dans le groupe Public sont visibles de tout le monde. A l’inverse, les notes personnelles ne sont consultables que par l’internaute qui les a écrites. Entre ces deux extrêmes, on peut créer des groupes de discussion dont on est alors l’administrateur.

La partie serveur du système est hébergée sur le site de Third Voice. Les commentaires écrits par les internautes et les URL qui leur sont associées sont stockés dans des ordinateurs situés dans les locaux de la start-up qui s’engage à en respecter la confidentialité.

Le plug-in Third Voice n’est pour l’instant disponible que sur Internet Explorer 4 (il ne marche pas sur IE5) pour Windows (95, 98 ou NT). Une version pour Netscape devrait être publiée dans les jours à venir. La start-up distribue son système gratuitement et compte se rétribuer avec la publicité affichée sur son site et dans l’interface de son logiciel.

Leo Jolicoeur, vice-président de Third Voice, décrit le site de sa société comme un gigantesque “portail de discussion” qui aiguille les internautes vers les thématiques qui les intéressent. D’après lui, les administrateurs de site, d’abord sceptiques, sont vite séduits quand ils voient leur site se transformer en support de débat interactif. Avec une interface très intuitive, la technologie semble en effet très aboutie. Elle pourrait bien inaugurer le début d’une nouvelle pratique sur Internet.

Pour en savoir plus :

* http://www.thirdvoice.com (US).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur