Annulation d’Apple Expo : des réactions douces-amères

Cloud

Incompréhension et déception sont les deux mots qui reviennent dans la bouche des exposants prévus pour l’Apple Expo 2001 ! L’annulation du plus gros salon informatique français a des conséquences plus ou moins importantes sur le chiffre d’affaires des sociétés. L’impact est encore difficile à mesurer et diffèrera fortement d’un participant à l’autre. Des solutions de repli sont en cours.

Si l’organisateur Reed-OIP ne fait pas de commentaires pour le moment, les réactions des exposants divergent après l’annulation de l’Apple Expo (voir édition du 21 septembre 2001). La réaction générale reste une intense déception, mêlée d’incompréhension pour certains des participants. Ainsi de Laurent Ciup, PDG de Motek-CLG, un gros revendeur parisien qui avoue ne pas comprendre les raisons de cette annulation, la plupart des autres salons organisés avec la présence de firmes américaines ayant été maintenus. Son de cloche similaire chez l’éditeur Adobe, qui marque le coup. La déception est profonde, après que la firme a préparé l’exposition pendant près de quatre mois ! L’Apple Expo fait partie des six événements auxquels la firme participe et s’avère l’un des plus gros. “Nous sommes très clairement déçus”, souligne Eric Louessart, le patron de la filiale française de Macromedia, “l’Apple Expo est le pendant du salon Online du mois de mars auquel nous participons également. Il s’agit de l’un de nos deux rendez-vous avec nos clients et prospects”. La disparition du salon Apple cette année laisse donc un blanc dans l’agenda de la firme. Mais après cette réaction, Didier Cameau de Computer Bench est passé immédiatement à la réflexion sur ce qu’il fallait faire en remplacement. “Dans les deux heures, nous avions un autre projet”, précise-t-il. “Et 24 heures après, nous étions prêts pour son lancement.”

Une solution de repli ? Très clairement. Tous les acteurs prévus de l’Apple Expo interrogés se sont repliés sur des journées de démonstration avec certains de leurs partenaires. Computer Bench, le premier revendeur à réagir, fait intervenir des représentants de vingt marques différentes dans ses locaux de Villejuif. Cette action menée en parallèle à la “cyber Apple Expo” d’Apple France (voir édition du 27 septembre 2001) a déjà vu le passage de quelque 1 200 clients à un rythme de 400 par jour, près de dix fois plus que d’habitude. Surtout, le chiffre d’affaires quotidien a été multiplié par 2,5 en raison du trafic supplémentaire généré par l’événement. Reste qu’il est impossible pour le moment de savoir si le revendeur parviendra à générer les 5 à 7 % de chiffre d’affaires habituellement engrangés à cette période lors du rassemblement des aficionados du Mac. “Cette perte de chiffre est absorbable sur l’année. Nous ne sommes pas les moins bien lotis : pour certains de nos concurrents, l’Apple Expo représente entre 10 et 15 % des recettes. L’impact sera bien supérieur”, précise Didier Cameau. C’est le cas de Motek-CLG qui, avec six stands, consacre entre 1,5 et 2 millions de francs à l’Apple Expo. “Nous sommes dans l’obligation de réagir aux propositions tarifaires de nos concurrents”, souligne Laurent Ciup. “Nous avons mis sur pied une CLG-Expo qui se déroulera jusqu’au 13 octobre. Notre tarification est en application depuis le 26 septembre. Nous pensons que les gens qui avaient prévu d’acheter lors du salon vont venir le faire chez nous.” L’Apple Expo, malgré une professionnalisation accrue ces dernières années, ne s’est en effet pas totalement débarrassée de son image de foire informatique.

La baisse du chiffre d’affaires n’est pas le seul impact

Alors ? L’annulation va-t-elle laisser des séquelles ? Malgré la réactivité des différents partenaires et d’Apple France à la décision américaine, l’impact risque d’être important au niveau français pour certains des participants. Même si certains d’entre eux ne se déplacent pas seulement dans l’optique de la réalisation d’un chiffre d’affaires important. “Cela ne représente pas 5 % du nôtre”, affirme Eric Louessart. “L’impact sera ressenti sur deux trimestres, celui-ci et le suivant. Mais nous nous y déplaçons d’abord pour voir des gens informés sur les produits, entendre et comprendre ce qu’ils recherchent. Nous ne pensons pas que l’annulation de l’exposition ait un impact sur nos résultats, car nos produits sont focalisés sur les entreprises. Nous pensons plus à un report calendaire des achats. En revanche, le message que nous faisons passer à l’occasion du salon risque d’être dilué et de nous coûter plus cher. C’est stupide, surtout au moment du lancement du nouvel OS d’Apple.”

Lire aussi le dossier de SVM Mac :

Apple Expo : entre histoire, évolution et… annulation


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur