Anonymous ramène sa fraise en Syrie

Marketing

Dans le cadre de son opération #opsyria, Anonymous a piraté le site du ministère syrien de la Défense. Les pirates y ont inséré leur logo, des liens vers des vidéos compromettantes pour le régime d’Al-Assad et un message de soutien aux opposants.

Le groupe d'”hacktivistes” Anonymous reprend du poil de la bête et par la même occasion, du service. Il s’immisce désormais au cœur des révolutions qui frappent le monde arabe, notamment en Syrie.

En juin dernier, bien avant la période d’émeutes sanglantes, des agissements suspects du gouvernement de Bachar Al-Assad avaient impliqué de nombreux filtrages de contenus en ligne associés à la coupure de certains accès à Internet.

La réponse des Anonymous est certes cinglante, mais non disproportionnée.

La victime : le ministère syrien de la Défense. Désormais inaccessible, son site officiel a été la proie d’une procédure dite de “défacement”.

Autrement dit, les intrus ont pénétré dans un ou plusieurs serveurs hébergeurs pour modifier l’apparence de la page d’accueil. Ils en ont d’ailleurs publié un domaine miroir.

Sur leur fil Twitter, ceux que les révoltés du Moyen-Orient surnomment désormais “les cyber-héros” annoncent avoir conduit le même type d’opération que celles qui ont auparavant visé l’Egypte, puis la Libye.

Leur dernière offensive en a repris les grandes lignes. En plein centre de la page, gros comme le nez au milieu de la figure, le logo bien connu de l’homme sans tête surplombe un message.

Rédigé en anglais et en arabe, celui-ci se destine aux opposants au régime d’Al-Assad. Anonymous y affiche toute l’étendue de son soutien.

Le monde se dresse en votre compagnie contre la brutalité du pouvoir en place“, “nous saluons votre détermination” et “les tyrans se fragilisent avec le temps” : quelques-unes des multiples injonctions à poursuivre la guerre pacifique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur